Poster un message

En réponse à :

Régis Debray la littérature au cœur.

31 mars 2013

Peut-être, sommes-nous vraiment, cher Régis Debray, les derniers des Mohicans. Mais à votre mélancolie trop chateaubrianesque, j’opposerai mon incurable optimisme, qui se justifie largement du voyage que vous nous proposez en littérature. Non, il n’y a pas lieu de « se décourager de durer ».

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
Mots-clés : article
Mots-clés : Logo

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.