Poster un message

En réponse à :

La Sexualité

20 avril 2006, par Paul Vaurs

La difficulté du problème de la féminité tient moins à la confusion des descriptions érotologiques qu’à la diversité des approches qui paraissent avoir renouvelé le sujet. Par l’étude anatomique et génétique de la différenciation sexuelle dans les organismes supérieurs, par la découverte embryologique d’une bisexualité humaine originaire, par les acquisitions de la physiologie concernant le sexe chromosomique et sa distinction d’avec le sexe hormonal, par de multiples observations qui vont de la biochimie à la médecine, de nouvelles prétentions scientifiques se font jour en matière de sexologie. Chacune à sa manière, ces différentes recherches croient pouvoir, aussi bien que les sciences humaines, expliquer le jeu des pulsions : la bisexualité de l’embryon ne se retrouve-t-elle pas dans le domaine psychologique ? Le comportement sexuel masculin n’est-il pas l’expression d’une sorte de privilège libidinal de l’hormone mâle ? Les avatars du métabolisme chez la femme ne s’accordent-ils pas avec l’attrait qu’elle manifeste pour des buts passifs et avec la manière dont elle paraît refouler ses instincts agressifs ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
Mots-clés : article
Mots-clés : Logo

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.