Mediapart

• Surveillance : la justice enquête sur les liens entre Qosmos et la Syrie.

Par Jérôme Hourdeaux et Reflets.info (Bluetouff et Kitetoa).

Dimanche 11 mai 2014 // Le Monde

Mediapart et le site Reflets.info s’associent pour une enquête en trois volets sur Qosmos, société française spécialisée dans la technologie de surveillance de masse visée par une information judiciaire pour « complicité d’actes de torture ». Qosmos est soupçonnée d’avoir participé, en 2011, à un projet de surveillance global du Net syrien.

En novembre 2011, Bloomberg révèle que la société Qosmos, l’un des leaders français du Deep Packet Inspection (DPI), la technologie d’interception de flux Internet la plus en pointe, travaille comme sous-traitant de l’allemand Utimaco, lui-même sous-traitant de l’italien Area SpA, pour la livraison à Bachar al-Assad d’un système de surveillance global de la population syrienne. L’image de Qosmos commence à se dégrader nettement, d’autant que la révolution dans le pays, qui a démarré neuf mois plus tôt, a déjà fait 3000 morts.

Pour contrer les effets de cette publication, Qosmos annonce alors avoir décidé de se retirer du projet et clame que ses matériels n’ont pas été « opérationnels » dans le pays. Cette défense tiendra-t-elle devant les trois juges d’instruction du pôle génocides et crimes contre l’humanité chargés d’instruire une plainte initiée par la LDH et la FIDH ? Quoi qu’il en soit, son produit d’interception massive a été développé par Qosmos grâce au contrat avec la Syrie. L’argent des dictateurs n’a pas d’odeur dans le milieu français de la surveillance. Le contrat passé par l’autre acteur, Amesys, avec le colonel Kadhafi avait lui aussi permis de développer la solution Eagle ayant conduit a des tortures en Libye.

hibaut Bechetoille, PDG de Cosmos
Thibaut Bechetoille, PDG de Qosmos © extrait d’une vidéo Tivipro.tv

Selon les informations recueillies par Mediapart et Reflets.info, même sous une forme « dégradée », les outils de Qosmos ont bien été installés en Syrie et ont très bien pu être utilisés par les autorités, quand bien même Qosmos se serait retirée du projet. En outre, Qosmos a continué à travailler avec Utimaco au moins jusqu’en novembre 2012. Les projets n’étaient peut-être pas liés à la Syrie, mais pour autant, Utimaco avait un accès aux nouvelles versions des produits Qosmos bien après la fin annoncée du projet Asfador et l’allemand aurait pu affiner la solution syrienne de son côté. 

Il est par ailleurs difficile d’imaginer que Qosmos, qui a des relations très étroites avec les services de renseignements intérieurs et extérieurs français, au point que ses activités sont « confidentiel défense », ait pu travailler sur ce projet sans que les plus hautes autorités françaises n’en aient été averties.

L’affaire du projet Asfador dévoilée par Bloomberg avait mis la société Qosmos sous les feux de la rampe. Peu après le scandale Amesys (filiale de Bull à l’époque) et la vente d’un système d’écoute global de la Libye de Mouammar Kadhafi (documenté par Mediapart et Reflets.info), le grand public découvrait que la société française Qosmos avait livré du matériel visant à mettre sur écoute la population syrienne. Vendre des armes de surveillance électroniques capables d’espionner les échanges de mails, les discussions en temps réel, les visites sur le Web, des citoyens de pays dictatoriaux n’est pas, en termes d’image, une activité qui fait briller notre belle république dans ces contrées souvent plus assoiffées de libertés que de sondes espionnes. Et pourtant... La France est championne dans ce secteur... pas celui de la liberté, mais celui des systèmes d’interception des communications électroniques... catégorie massive.

En juillet 2012, les associations de droits de l’homme LDH et FIDH fustigeaient cette hypocrisie française dans une lettre envoyée au Parquet et demandant l’ouverture d’une procédure à l’encontre de Qosmos. Quelque deux années de travail après, la vice-procureure spécialiste des violations des droits de l’homme, Aurélia Devos, vient de décider, au début du mois d’avril, d’ouvrir une information judiciaire pour « complicité d’actes de torture ». Celle-ci a été confiée à trois juges d’instruction du pôle génocides et crimes contre l’humanité. Concrètement, les magistrats auront à éclaircir au moins deux points cruciaux :

  • les produits vendus par Qosmos ont-ils été opérationnels ?
  • ses dirigeants avaient-ils conscience, au moment de signer ce contrat, que leur technologie risquait de servir à un dictateur pour repérer, et arrêter ses dissidents ?

Qosmos, pour sa part, a toujours nié que ses produits aient été opérationnels et affirme ne jamais avoir vendu de matériel à la Syrie, se contentant d’être un simple sous-traitant de la société allemande Utimaco, elle-même sous-traitante du consortium italien Area SpA.

L’origine du contrat incriminé remonte à 2009. À cette époque, Qosmos est une société en plein essor. Devenue une référence mondiale en matière de DPI, elle signe un contrat qui se révélera particulièrement important pour son développement.

L’entreprise française devient en effet le fournisseur de sondes pour le compte d’Utimaco, une société allemande spécialisée dans l’interception légale de télécommunications.

Peu après la signature de ce contrat, les salariés de Qosmos commencent à travailler sur un mystérieux projet, développé avec son nouveau partenaire Utimaco dans le cadre d’un consortium mené par l’entreprise italienne Area SpA. Le nom de ce projet est Asfador, et son but est d’équiper le régime d’Assad d’un outil permettant de mettre l’ensemble des communications du pays sur écoute.

Répondre à cet article