Une journée d’hommage en l’honneur de Jeanne d’Arc.

Samedi 2 juin 2012 // La France

Drapeau de FranceEn ce début de matinée du dimanche 13 mai, ce fut précédée de la Triade et de la bannière de l’Œuvre Française, qu’une Garde d’honneur en grande tenue - chemise bleue avec blason du mouvement cousu sur la manche et fourragère blanche, pantalon et chaussures noirs, béret vissé sur la tête - a mené le cortège des nombreux militants venus de toute la France jusqu’à la statue de Sainte Jeanne d’Arc, réalisée par Eugène Fremiet, Place des Pyramides.

Dans l’ordre et le recueillement, Yvan BENEDETTI, Président de l’Œuvre Française, a déposé aux pieds de la statue une magnifique couronne de fleurs blanches portant sur un large ruban aux couleurs tricolores l’inscription en lettres dorées : A Jeanne d’Arc, symbole de la France aux Français, l’Œuvre Française reconnaissante.

A l’issue du vibrant et puissant discours du Président de l’Œuvre Française Yvan BENEDETTI, les militants se sont dispersés dans le calme et la dignité, tandis que les Jeunesses Nationalistes rejoignaient le défilé au départ de la Place de la Madeleine. Obéissant à la devise « ordre et discipline », les Jeunes Nationalistes ont alors défilé en rang parfait et fait résonner dans les rues de Paris les slogans des Français non reniés, fiers et conquérants : Bleu, Blanc, Rouge, la France aux Français ! Israël hors d’Europe ! Sionistes assassins, américains complices ! Islam hors d’Europe ! Banquiers, Sionistes, assassins ! tandis que plus d’une cinquantaine de drapeaux à croix celtique de l’oeuvre française ou frappés de l’aigle doré des Jeunesses Nationalistes flottaient au vent.

De nombreux avis extérieurs nous ont fait part de leur enthousiasme face au cortège des Jeunesses Nationalistes, remarquant que celui-ci avait décidément fière allure et faisait incontestablement partie des plus beaux du défilé. Au terme de cet impressionnant défilé, les militants des Jeunesses Nationalistes et de l’Œuvre française se sont rejoint pour une pause bien méritée. Les uns ont alors partagé un casse-croûte, les autres un déjeuner à l’invitation du journal « MILITANT ».

Le déjeuner nationaliste organisé par « MILITANT » et son directeur André GANDILLON, en collaboration avec l’Œuvre française, fut un grand moment de convivialité et d’ amitié française. Devant une salle comble, de nombreux intervenants de qualité prirent la parole et prononcèrent des discours dynamiques, radicaux et enrichissants, tels que Jérôme BOURBON, directeur de RIVAROL, Alberto TORRESANO, responsable de la Falange espagnole, André GANDILLON, directeur de MILITANT, Jean RIBAILLIER, de MILITANT, Thomas JOLY, secrétaire général du Parti de la France, Hervé RYSSEN, écrivain, journaliste, auteur de nombreux ouvrages qui font référence sur les origines religieuses du mondialisme, le judaïsme ou le racisme antiblanc, et qui vient de publier Comprendre le judaïsme, comprendre l’antisémitisme, la synthèse explosive et indispensable de sa magistrale étude en six volumes du judaïsme, ainsi que Pierre SIDOS, fondateur de l’Œuvre Française et Yvan BENEDETTI, président de l’Œuvre française.

Enfin, tous les militants et les personnalités du mouvement ont rejoint vers 14H30 la Place Saint-Augustin, où se trouve une statue de notre héroïne nationale par Paul Dubois, réplique de celle de Reims, pour participer au cortège traditionnel en l’honneur de la sainte patronne de la France Jeanne d’Arc, organisé à l’initiative de l’Institut Civitas. Des milliers de patriotes français défilèrent de la Place Saint Augustin jusqu’à la Place des Pyramides, où Alain Escada et l’Abbé Beauvais prirent chacun la parole pour clôturer ce magnifique hommage national et ce 600ème anniversaire de Sainte Jeanne d’Arc, symbole éternel de la France aux Français.

JEUNESSES NATIONALISTES

Cette année 2012 est une année particulière et très importante pour les nationalistes français. En effet, elle marque le 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc. Les Jeunesses Nationalistes se devaient donc de marquer le coup et de commémorer de manière plus importante qu’à l’habitude cette héroïne. Ce fut le cas lors de sa fête nationale, instaurée en 1920 et fixée au deuxième dimanche du mois de mai – suite un projet de loi du député et écrivain nationaliste Maurice Barrès – soit cette année le 13 mai 2012.

Partis de Lyon dans un car complètement rempli et spécialement affrété pour cela, les Jeunesses Nationalistes firent la route de nuit et arrivèrent au petit matin dans la capitale. Rejointes par des militants parisiens ou venus du reste de la France, elles se rendirent Place de la Madeleine et se mirent en rang, afin de former un cortège discipliné et ordonné. Là, des drapeaux aux couleurs des Jeunesses Nationalistes ou de l’Œuvre française furent distribués aux manifestants qui arboraient déjà pour la plupart un t-shirt noir orné du fameux emblème des JN : un aigle doré entouré d’une couronne de lauriers. Une fois convenablement agencé, le défilé se mit en marche, derrière la banderole des JN, tenue par six jeunes militantes.

Le cortège, comptant au bas mot cent personnes, commença par remonter la rue royale jusqu’à la Place de la Concorde, avant de bifurquer pour emprunter la rue de Rivoli jusqu’à la Place des Pyramides, ou se trouve une magnifique statue dorée de Jeanne d’Arc, au pied de laquelle des couronnes de fleurs avaient été déposées, notamment par l’Œuvre française. Tout au long de sa marche, le défilé fit sensation, se distinguant des habituelles manifestations et des mouvements pseudo-nationalistes par son ordre impeccable, sa discipline, son allure martiale, ses nombreux drapeaux flottant au vent et ses slogans radicaux ! En effet, ce jour-là, les JN portèrent haut les couleurs du véritable nationalisme français et, loin de se cantonner à de vagues imprécations ou des dénonciations abstraites, elles désignèrent clairement l’ennemi !

A l’issue du défilé, les Jeunesses Nationalistes se rendirent sur l’esplanade du Louvre et s’installèrent au pied de la pyramide de verre, afin de partager ensemble un pique-nique convivial. Une fois la collation terminée, ils rejoignirent un restaurant des environs afin d’assister aux interventions des orateurs du banquet organisé par l’Œuvre française et le journal Militant (André Gandillon, Jérôme Bourbon, Alberto Torresano, Jean Ribaillier, Thomas Joly, Hervé Ryssen, Pierre Sidos et Yvan Benedetti).

L’après-midi, les Jeunesses Nationalistes participèrent à l’hommage national à Jeanne d’Arc organisé par l’Institut Civitas. Cet hommage réunit des milliers de catholiques et l’aide des JN fut très appréciée pour assurer le service d’ordre, tâche dont elle s’acquitta avec brio. Aucun incident ne fut à signaler ! Au terme du défilé qui démarra de la Place Saint-Augustin pour se rendre, lui aussi, devant la statue de Jeanne, Place des Pyramides, les JN écoutèrent avec attention les interventions d’Alain Escada, puis de l’Abbé Beauvais, tout en continuant à veiller au bon déroulement de la manifestation, avant de reprendre le bus pour les lyonnais et de se disperser pour les autres !

Ainsi, comme l’exigeait la forte symbolique de cet anniversaire, cette édition 2012 de la Fête nationale de Jeanne d’Arc fut un véritable succès, grâce aux Jeunesses Nationalistes qui furent encore une fois fidèles à leur devise « L’action sans concession ! »

Maintenant, vous aussi, rejoignez les Jeunesses Nationalistes et groupez-vous en Français solides qui veulent défendre leur terre et leur race !

PS : Nous transmettons sur notre SITE INTERNET ce document écrit par des « Nationalistes Français, » mais ne pouvons cautionner un Mouvement Raciste et antisémite. C’est à chaque internaute qu’il appartient de se faire une opinion.

Répondre à cet article