Tout sur Jésus.

Lundi 4 mars 2013 // La Religion

Dans cette rubrique, nous présentons les principaux événements de la vie de Jésus, sous forme de petits tableaux commentés. Tout n’est pas présent. Le lecteur pourra se reporter aux autres rubriques du site ou tout simplement lire le Nouveau Testament.

De longs siècles après la Création du monde,
Lorsque Dieu, au commencement, créa le ciel et la terre,
Bien longtemps après le Déluge
Plus de deux mille ans après la naissance d’Abraham
Près de quinze cents ans après Moïse
Et la sortie d’Egypte du Peuple d’Israël
Environ mille ans après le sacre du roi David
En la soixante-quinzième année de la prophétie de Daniel
En la cent quatre-vingt-quatorzième olympiade
Et la 752ème année de la fondation de Rome
L’an 42 de l’empereur Octave Auguste
Dans le sixième âge du monde terrestre
JESUS CHRIST
Dieu éternel et Fils du Père Eternel
Voulant sanctifier le monde par son miséricordieux avènement
après avoir été conçu du Saint Esprit
EST NE A BETHLEEM DE JUDEE de la Vierge Marie
Dieu s’est fait homme, c’est la nativité de notre Seigneur selon la chair.

De nombreux prophètes se sont manifestés dans l’histoire d’Israël. Tous ont annoncé la venue de Christ, tous l’on prophétisé. Plus de 300 prophéties de l’Ancien Testament se sont réalisées en la personne et la vie de Jésus Christ.


Le Père, le Fils et le Saint Esprit

L’Epiphanie et Noël sont deux fêtes de la naissance du Christ. La première est d’origine orientale, la seconde s’est répandue en Occident. Nous fêtons aussi en Occident la venue des 3 Rois pour adorer Jésus et lui offrir des présents.

Nous ne savons pas grand-chose de l’enfance de Jésus, seulement quelques éléments donnés par 2 des 4 Evangiles. Dès son plus jeune âge, la sainte Famille doit fuir en Egypte, Joseph ayant été averti en songe par un ange du Seigneur qu’Hérode cherchait à faire périr Jésus.
(Mt 2.13-18)

 

Après la mort d’Hérode, la Sainte Famille revient en terre d’Israël. Mais, le fils d’Hérode ayant succédé à son père, Joseph décide d’aller en Galilée et non en Judée. Jésus va passer son enfance dans le village de Nazareth (Mt 2.19-23). Il apprend le métier de charpentier de son Père.

 

Jésus grandit, très certainement dans la pauvreté selon les prophéties, et à l’âge de douze ans, il part en pèlerinage à Jérusalem. A la fin, il se perd et ses parents le retrouvent au Temple en train de parler avec des maîtres.

« Jésus progressait en taille et en sagesse auprès de Dieu »

(Lc 2.41-52)

Pour plus de détails sur l’enfance de Jésus, voir la rubrique « Tout sur l’enfance de Jésus  »

 

La vie publique de Jésus commence à partir de son baptême par son cousin Jean-le-Baptiste. Lors de l’événement, l’Esprit Saint descend sur lui. Dès lors, il commence à prêcher.

Inaugurant son Ministère, Jésus va vivre au désert pendant 40 jours. C’est l’origine du carême. Tout comme Moïse qui resta 40 jours dans le Sinaï et Elie qui effectua un pèlerinage aussi long sur l’Horeb, Jésus désire se retrouver dans l’intimité avec Dieu son Père.

Il passe ces 40 jours dans le jeûne et la prière, montrant ainsi que toute sa vie est un renoncement parfait, une prière ininterrompue et une lutte constante pour l’honneur de Dieu. (Mt4.1-3 …)

Pendant trois années, Jésus va prêcher sans cesse la parole de son Père céleste. Il enseigne sur tous les sujets et Sa parole est source de sagesse, il annonce le Royaume de Dieu.

 

L’offense, la réconciliation, l’adultère, le divorce, le mariage, les serments, la vengeance, l’amour, l’argent, le Royaume de Dieu, la foi, la prière, le pardon…sont autant de sujets abordés. Nous nous arrêterons sur certaines paraboles.

Jésus choisit 12 Apôtres pour le suivre et l’aider dans sa mission. Simon-Pierre, André son frère, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, Philippe et Barthélemy, Thomas et Matthieu le collecteur d’impôts, Jacques fils d’Alphée , Jude son frère, Simon le zélote (Mt10 :2-4 / Mc3 :16-19 / Lc6 :14-16) et Judas qui le trahira et sera remplacé par Matthias
(Ac1.26). Tous sauf un mourront en martyrs.

Jésus effectue de nombreux miracles durant ses pérégrinations. Au nom de Son Père, il guérit ainsi le paralysé de Capharnaüm (Mc2.1-12,Lc5.17-25,Mt9.1-8), tout comme de nombreux lépreux (Mc1.40-44) et aveugles (Mt20.29-34, Mc10.46-52, Lc18.35-40). Il guérit également un enfant lunatique (Mt17.14-21, Mc9.14-29). Jésus ressuscitera également son ami Lazare.

 

Alors que la foule se presse pour entendre Jésus enseigner, celui essaie de prendre un peu de recul mais, pris de pitié, décide de guérir les malades et de nourrir tout le monde. A partir de quelque pains et poissons, Jésus multiplie la nourriture et nourrit 5000 hommes une fois, 4000 une autre. C’est la multiplication des pains. (Mt14.13-21, Mc6.30-44, Lc9.10-17, Jn6.1-15, Mt15.32-.39)

Comme Noé et sa famille furent sauvés des eaux du déluge, comme Moïse et son peuple traversèrent les eaux de la Mer Rouge, Jésus manifeste ses pleins pouvoirs sur les puissances hostiles de la mer. C’est un symbole fort, Jésus restera présent à côté de son Eglise dans toutes les tempêtes qu’elle aura à traverser.

Ainsi Jésus marche sur le lac (Mc6.45-52, Jn6.16-21, Mt14.2-33) et calme la tempête alors que ses disciples sont effrayés. Il nous montre qu’il faut lui faire confiance dans les tourments.

Jésus disait à Ses disciples : « La moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans Sa moisson. » 

La prière pour les vocations doit être toujours présente dans nos cœurs, il faut avoir le courage, si l’on se sent appelé, de s’engager à la suite de Jésus.

En Mt 25,35-36, Jésus énumère six actions miséricordieuses qui seront prises en compte lors du Jugement dernier pour le salut de l’homme : visiter les malades, désaltérer les assoiffés, nourrir les affamés, visiter les prisonniers, vêtir ceux qui sont nus et accueillir les étrangers.

Au XIIIe siècle, on découvre dans les écrits de Lactance une septième oeuvre de miséricorde : ensevelir les morts. Celle-ci fut ratifiée en 1220 par la collection canonique de Raymond de Penafort.

La parabole de la brebis égarée insiste sur le fait que Jésus cherche à rassembler le plus de monde possible. Qui que vous soyez, même si vous avez péché, Christ sera là pour vous pardonner et ira vous chercher.

Jésus n’a jamais donné une définition précises du Royaume de Dieu, il en a parlé souvent mais sous forme de paraboles. On en recense 8 en Matthieu chapitre 13 (et autres Evangiles)

 

  • parabole du semeur
  • parabole de l’ivraie
  • parabole du grain de moutarde
  • parabole du levain
  • parabole du trésor
  • parabole de la perle
  • parabole du filet
  • parabole du maître de maison

 

La parabole du semeur

 « Un semeur sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent. Une autre partie tomba dans les endroits pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre : elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond ; mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l’étouffèrent. Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.[…]Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur. Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur : cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin. Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse.Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente. »

Un des plus beaux enseignements que nous laisse Jésus est la prière du Notre-Père, véritable guide pour nous aider dans notre relation avec Dieu. (voir rubrique prière).

Les 17 attributs de Jésus :
L’Emmanuel (Dieu avec nous) (Mt 1,23), Prince de la Paix (Is9,6) ,L’Oint (Ps 2,2) , Fils de Dieu (Mc 1,1), Fils de l’homme (Mt 8,20), Fils de David (Mt 15,22) , La Parole (Jn 1,1) , Agneau de Dieu (Jn 1,29 ; Ap5,6-13), Christ (Mt 16,16) , Rabbi (Jn 1,38), Prince de la vie (Ac3,15), l’Alpha et l’Omega (Ap1,8), Lion de Juda (Ap5,5), Parole de Dieu (Ap19,13), Roi des rois (Ap19,16), Seigneur des seigneurs (Ap19,16), Etoile brillante du matin (Ap22,16)

Mais qui est Jésus ? Dans l’Evangile de Saint Jean, Christ se nomme selon 12 titres différents :
Je suis le Pain de vie (Jn 6,35 et 6,48 et 6,51), Je suis la Lumière du monde (Jn 8,12 et 9,5), Je suis la Porte des brebis (Jn 10,7) Je suis le Bon Berger, (Jn 10,11 et 10,14), Je suis la Résurrection (Jn 11,25), Je suis le Chemin (Jn 14,6), Je suis la Vérité (Jn 14,6), Je suis la Vie (Jn 14,6), Je suis la Vigne (Jn 15,5), Je suis le Fils de Dieu (Jn 10,36), Je suis dans le Père (Jn 14,10), Je Suis (Jn 8,24).

Trois jours après une entrée triomphale à Jérusalem, Jésus est trahis par Judas, renié par les siens, et est arrêté par le Sanhédrin. 

La veille de Sa passion, Jésus célèbre son dernier repas avec ses disciples. Il institue l’eucharistie, partage du pain, symbole de son corps, et du vin, symbole de son sang, livré et versé pour nous en rémission des péchés. C’est par amour pour nous que Christ accepte le sacrifice de la croix.

En perpétuant ce symbole, nous faisons mémoire du sacrifice de Jésus, et nous lui en sommes reconnaissants. C’est par sa mort que Christ nous a rachetés.

Dans le pain et le vin, ce sont le Corps et le Sang du Christ qui sont réellement présents.

Après un procès calomnieux au cours duquel Jésus a supporté toutes les accusation et les souffrances, Il est crucifié sur le calvaire. Prononçant 7 dernières paroles, il montre son amour jusqu’à la fin en pardonnant au bon larron, avant d’expirer.

Trois jours après sa mort et sa mise au tombeau, Jésus ressuscite. C’est jours de joie pour les chrétiens, c’est la bonne nouvelle que nous proclamons depuis plus de 2000 ans.

CHRIST EST RESSUCITE, ALLELUIA
IL EST VREAIMENT RESSUCITE, ALLELUIA

Jésus, pleinement homme, a donc incarné tout ce qu’il est possible à un homme de vivre : la colère en chassant les marchands du temple, la peur et l’angoisse(Mc14.33), la tristesse(Mc14.34) , la détresse(Mt24.46), la déréliction(Mt27.46), le trouble (Jn11.33), la pitié et la compassion(Mc1.41). On imagine également Sa joie de prêcher la parole de Son Père. Ainsi, il ne se soustrait pas à la condition humaine mais fait la démonstration qu’il est possible de la transcender.
 (cf. Jésus parlait araméen)

Aujourd’hui, son enseignement a survécu et guide des milliards de fidèles qui croient en lui. Jésus, le Fils de Dieu, a marqué l’histoire et la remarquera à l’heure de Son glorieux retour. Il ne faut pas perdre de vue que tout Son enseignement est marqué par l’amour. Ainsi, le verbe « aimer » revient en 165 occurrences dans le Nouveau Testament.
ALLELUIA !
JESUS EST LE CHEMIN, LA VERITE ET LA VIE.

cliquez sur le poisson !

De nombreuses images viennent d’internet, je me suis permis de les utiliser car mon site n’a aucun but lucratif, seulement la volonté de faire connaître Jésus. Dans la mesure du possible, tous les sites sont mentionnés dans la rubrique liens. Ecrivez moi sinon.

Répondre à cet article