Simple comme l’eau au robinet.

Voiçi la politique des socialistes et des écolos…

Samedi 15 décembre 2012 // La France

www.innovation-democratique.org

Economiser l’énergie est une nécessité que personne (ou presque) ne conteste. Cependant une question importante se pose : comment légiférer dans le sens incitatif ou punitif sans tomber dans l’absurde ?

Le gouvernement prépare une tarification progressive des consommations d’électricité, de gaz et d’eau (ce bien si précieux). Oui, mais que dire de l’énormité du gaspillage alimentaire dans nos pays riches alors qu’ailleurs on meurt de faim ?

L’énergie à taxation différenciée promet un sacré désordre, un gouffre inextricable de complexité et d’injustices. Bien sûr, il paraît normal que celui qui consomme l’eau dans sa piscine soit davantage taxé que celui qui ne dispose pas de cette installation de nanti. Cependant des moyens simples existent tels que l’impôt foncier ou la taxe d’habitation. Quand au chauffage, il faudra déterminer des zones en fonction du climat ; quel casse-tête ? Il faudra aussi tenir compte de situations multiples : latitude, altitude, exposition, vent, etc. Et à quelle échelle ? Tous les kilomètres ? Bien entendu, chaque élu, avant de voter la loi, va essayer, en catimini, d’obtenir le classement de sa circonscription en zone froide. Bonjour les magouilles ! Au stade actuel du projet, une même zone irait de I’Aubrac au Pays Basque, alors qu’on sait qu’on n’a pas besoin de rentrer les géraniums en hiver à Biarritz !

Celui qui dispose d’une maison bien isolée sera avantagé par rapport à celui qui est contraint d’habiter un logement vétuste. En effet, chaque habitation devra être classée. Quel travail ? Qui va le faire ? Combien ça va coûter ? Bien évidemment, quelle belle occasion de tricher sur les critères ! Bonjour la fraude et les contestations ! Quel imbroglio ? En ce qui concerne les chauffages mixtes, il faudra normalement établir des équivalences (électricité/gaz/bois) et exiger une déclaration afin de déterminer la consommation cumulée. Mais déclaration à qui ? Une nouvelle administration ? Des contrôleurs ?.des fonctionnaires ? Et quoi encore ? Le flicage, les quotas, le rationnement ? Il faut ajouter que le projet écarte les consommations de fioul et du bois, car elles seraient incontrôlables. C’est discriminatoire.

Le projet ne résout pas sérieusement la question des résidences secondaires ou tertiaires. Y aura-t-il une déclaration cumulative encore ? Non, seule,serait comptée la résidence principale. Bravo !, les nantis pourront se chauffer sans limite. C’est surtout la composition de la famille qui serait déterminante. La déclaration d’impôt fournirait ce renseignement. Hélas, celle-ci est rédigée après la consommation !

Chauffer 100m2 pour deux personnes serait pénalisant par rapport au chauffage de 50m2 pour un même ménage. Quant aux personnes qui déjeunent chez elles à midi et non à la cantine ou au restaurant, elles seraient pénalisées. Etrange, non ! Dans le genre des réglementations absurdes, on peut encore, faire plus fort avec l’essence à plusieurs vitesses : détaxée pour se rendre au travail, au tarif normal pour faire ses courses, surtaxée pour les déplacements de loisir. Il ne resterait plus qu’à s’équiper de plusieurs voitures ou de plusieurs réservoirs. Gare à celui qui se tromperait ! Pendant ce temps les 4X4 pourront parcourir les rues de nos villes. On n’interdira ni les bolides de F1, ni ceux des rallyes automobiles, ni l’énorme caravane du Tour de France, ni les courses d’engins agricoles avec du carburant, détaxé évidemment.

Cette loi, « usine à gaz » d’une extrême confusion et d’une injustice évidente ne peut être que critiquée et mal acceptée par le peuple : Peut-on espérer que des modifications simples et lisibles, réfléchies et équitables, rendront supportable voire souhaitable, son application en 2014, paraît-il ?

Répondre à cet article