Réchauffement climatique ou sobriété automobile.

Dimanche 6 janvier 2013 // La France

www.innovation-democratique.org

Que d’événements sur l’écran en cette fin d’année ! D’abord ce fut la tragi-comédie offerte par deux politiciens égotistes, un spectacle navrant pour les citoyens de France et d’ailleurs, ceux-ci étant, jusqu’à présent, convaincus que nos élus étaient tous vertueux et respectables. Copé a définitivement perdu l’espoir d’être un jour élu Chef de l’Etat.

Après ce sujet intarissable, le journal du soir aborda un thème surprenant relatif aux dégâts considérables que cause la gabegie énergétique, souvent provoquée par des comportements de citoyens méconnaissant la dangerosité de certaines activités quotidiennes. En quelques minutes bien remplies, des clichés choquants présentèrent des conséquences du réchauffement climatique : invasion des terres par les eaux des mers, sécheresses interminables épuisant les ressources en eau, détruisant la vie sur Terre qu’elle soit végétale, animale et humaine. Le vacarme provoqué par l’éboulement des icebergs impressionna particulièrement, si bien que certains téléspectateurs pensèrent qu’il s’agissait d’un montage trompeur. Beaucoup parmi nous, y compris nos gouvernants, sont prisonniers d’un système économique soumis aux règles du productivisme qui n’a aucun égard pour les problèmes écologiques. Seul compte la hauteur des profits !

Par ailleurs, comme pour ridiculiser le prochain débat sur l’énergie, on a choisi un comité de pilotage particulièrement significatif ! On y trouve des personnalités très soucieuses de l’état de la planète telles que (ne riez pas !) l’ex-PDG d’Areva (très photogénique !), un ex-administrateur du commissariat à l’énergie atomique... Le nucléaire, le CO2, n’ont rien à craindre. Notre Président, hésitant, peut dormir tranquille ! « On verra, peut-être, après ce quinquennat » ! semble-t-il dire !

Au terme du journal télévisé de cette soirée, comme d’habitude la publicité nous gava d’images sordides ; le CO2 les particules dégagées par les moteurs diesel peuvent se propager sans crainte. Pourtant, il faudrait agir vite car, comme l’a montré le journal télévisé la planète souffre. Elle ne peut plus ingurgiter les poisons dispersés par les circulations terrestres et aériennes. Espérons que les auditeurs d’un soir, se souviendront de ces icebergs s’écroulant à grand fracas, de ces tsunamis détruisant les côtes maritimes, arrachant les forêts,. ensevelissant des quartiers entiers par des vagues énormes difficiles à imaginer, emportant dans les flots des personnes désemparées...

Il est urgent que des mesures soient prises : réduction de la puissance et de la vitesse des véhicules, développernent des circuits courts et du covoiturage... S’ils sont attachés à la santé des citoyens, les gouvernants ont le devoir de privilégier dans leurs programmes et leurs actions, la nécessité de promouvoir, avec ardeur, la sobriété énergétique dont celle de l’automobile. Il serait indécent d’entendre des propos hostiles à de telles mesures. Si nos élus ont le souci du « bien vivre ensemble », qu’ils osent, enfin,s’opposer à un système économique empoisonné par le lobby du capitalisme.

Au moment où j’écris ces lignes, j’apprends le départ prochain du fameux Dakar, celui d’Argentine (eh oui !) qui va, aux premiers jours de 2013, laisser les pneus creuser les terres et les sables de l’Amérique du Sud. Le Dakar ? Une invention diabolique qu’il faudrait retirer des activités sportives, notamment de celles se déroulant dans des zones à protéger. Hélas ! On semble bien loin de prendre en compte les besoins de la planète et des hommes qui l’occupent. Demain, lors des informations à la télé, choisirons-nous les fanfaronnades de ce duo spécialisé dans le blabla où respiration imaginée des effluves des véhicules défonçant les voie sud-américaines empestées par les rejets des bolides ?

Il serait, sans doute, préférable de fermer définitivement la télé en attendant l’assainissement des situations politique, climatique et économique !

Répondre à cet article