Recettes anglaises pour souver la France !

Dimanche 2 mars 2014 // L’Europe


www.innovation-democratique.org
https://twitter.com/PVaurs

La France a beaucoup d’atouts. J’y habite depuis douze ans, et c’est un beau pays, plutôt riche, où l’on mange bien et où l’espérance de vie est de 82 ans. Pourtant, comme diraient les thérapeutes, "elle est mal en point en ce moment". Selon un sondage Ifop de janvier, seuls 30 des Français sont confiants dans l’avenir. Le plus mauvais chiffre depuis dix-neuf ans, en baisse par rapport à un niveau déjà très faible. Les Français sont depuis longtemps moins optimistes que les Irakiens et les Afghans.

A ce stade, nous avons pour habitude, nous autres experts anglo-saxons, d’inviter les Français à tailler dans les dépenses de l’Etat, à accepter la mondialisation, etc. Mais il est évident qu’ils ne tiendront pas compte de ces conseils. Alors voici, pour changer, une série de propositions réalistes.

  1. Acceptez d’être un petit pays. En tant que Britannique marié à une Américaine, je sais ce que le déclin national veut dire. Le secret, c’est de s’y résigner. Les Français qui prennent la parole lors de réunions internationales devraient dire des choses du genre : Vous n’avez peut-être pas entendu parler de mon pays. Il a une frontière commune avec la Belgique et sa population fait les trois quarts de celle de l’Ethiopie. Notre langue ressemble beaucoup à l’espagnol. Une fois que les Français auront admis que la France est un pays parmi tant d’autres, à peine plus important que la Grande-Bretagne, alors l’Hexagone trouvera sa juste place dans le monde et la nostalgie de sa grandeur passée s’évanouira d’elle-même.
  2. Déplacez la capitale vers le sud. La classe dirigeante française vit dans de petits appartements, sans jardins, dans une ville froide, snob et hors de prix. Entasser les élites politiques, intellectuelles et économiques dans les mêmes quartiers a encouragé la pensée unique. Paris nuit à la France par ses effets à la fois sur la politique nationale et sur le bonheur des Français. Entre-temps, pour l’essentiel, on laisse les étendues ensoleillées du midi à la paysannerie. C’est n’importe quoi. Si le gouvernement s’installait en Provence, l’élite politique pourrait goûter l’existence campagnarde dont elle ne profite qu’en août. Paris pourrait être revendu à des dictateurs africains, des membres du Parti communiste chinois et des banlieusards londoniens - ce qui est déjà la tendance aujourd’hui. L’actuelle capitale pourrait devenir un site touristique, au même titre que Disneyland Paris.
    Cette suggestion va dans le sens des habitudes françaises. Pendant les deux guerres mondiales, le gouvernement a été brièvement transféré à Bordeaux, ce qui a permis à l’élite de découvrir l’excellent restaurant Le Chapon fin.
  3. D’ici là, sévissez contre la grossièreté à Paris. La grossièreté parisienne a atteint des proportions dignes d’une épidémie. En cause, la morosité grandissante des Français et la surpopulation dans la capitale. Anne Hidalgo, candidate du Parti socialiste à la Mairie de Paris, ne devrait vraiment pas se vanter du nombre élevé des visiteurs. Même Scarlett Johansson, nouvelle résidente, trouve les Parisiens afreusement grossiers. Si même elle subit des rebuffades, alors les simples mortels n’ont aucune chance. Les autorités devraient déclarer Paris zone sinistrée pour cause de grossièreté et instaurer l’état d’exception pour intervenir. Les services de renseignements français interceptent déjà les courriels et les appels téléphoniques des Français. Quiconque sera surpris à accueillir le client par une réprimande (ce qui est la norme à Paris) pourrait être puni par une humiliation rituelle. Par exemple, être envoyé à une réception en survêtement portant l’inscription : "Property of Ohio State Athletics Department" [Appartient au sous-secrétariat à l’Athlétisme de l’Etat d’Ohio]. De toute manière, une fois arrivés en Provence, les Parisiens retrouveront le moral.
  4. Les civilités du genre monsieur, madame ou vous devraient être abolies. Leur principale fonction n’est pas la courtoisie, mais l’instauration d’une distance avec autrui. Là encore, il y a un bon précédent : la Révolution française avait aboli monsieur et madame.
  5. Payez les enseignants pour qu’ils fassent des compliments aux élèves. Exemple : Ce que tu dis est moins bête que d’habitude, Fabrice pourrait donner droit à une prime de 1 euro. Aujourd’hui, les Français se voient enseigner l’esprit critique - à appliquer aux autres et à eux-mêmes - dès le premier jour d’école, quand l’instituteur les accueille par une réprimande. Les compliments des enseignants pourraient transformer durablement le caractère national. Et ce serait un remède aux idées noires. Les Français ont tendance à penser qu’ils sont moroses parce que leur situation est épouvantable. C’est le contraire, leur situation leur paît épouvantable parce qu’ils sont moroses.
  6. Tout l’enseignement devrait se faire en anglais. Soit les Français maîtrisent leur langue, soit ils influent sur le débat mondial. Mais ils ne peuvent pas faire les deux en même temps. Le français peut survivre comme "langue de cuisine". Il ne sera sans doute pas entièrement oublié, car il est de plus en plus enseigné comme matière élitiste dans des écoles haut de gamme de New York, à l’instar du latin.
  7. Faites don de l’armée française aux Nations unies. Elle y participera à la force permanente de maintien de la paix de l’ONU. L’année dernière, le budget de la "défense" française était de 3 milliards d’euros En effet, la France (comme certains autres pays bien connus) aime encore s’ingérer dans des conflits étrangers pour tenir son rang. Intervenir tout en portant des casques bleus n’assurera peut-être pas le rayonnement de la France, mais cela accroîtra ses chances de faire quelque chose d’utile.
  8. Remplacez la première dame par une équipe tournante de premières dames. Il devrait toujours y en avoir un stock de sept ou huit, parmi lesquelles le président pourrait piocher pour telle ou telle occasion. Une actrice peut être parfaite pour un événement, une journaliste pour un autre, un homosexuel (je pars du principe que les présidents de la France seront toujours des hommes) pourrait accompagner le chef de l’Etat dans des villes comme Sotchi. Autre possibilité pour la France : rétablir la monarchie et laisser le peuple vivre dans une véritable démocratie ; la V° république est une dictature où le président détient tous les pouvoirs.

Répondre à cet article