La déferlante Marine le Pen...

Que deviennent les droites Françaises ?

Lundi 30 septembre 2013 // La France

Les parlementaires d’une certaine droite sont en manques de nourriture ; leur seule alternative est de faire croire que le Front National est un parti fasciste. Le FN est devenu pour la droite dite normale un animal à abattre et cela contre l’avis d’une majorité de leurs électeurs.

Nos journalistes, notre presse, nos élites vomissent de plus en plus sur Marine le Pen et son pari politique ; mais JAMAIS RIEN sur les COMMUNISTES, le NPA, le PARTI DE GAUCHE et d’autres groupuscules ultras dangereux ; Les fascistes, ce sont eux, cette extrême gauche qui pourrit nos esprits et voudrait faire de notre Patrie une annexe de la Corée du Nord.

Alors que la présidente du FN effectue sa rentrée politique à l’occasion des universités d’été de son parti à Marseille, notre sondage Ifop le révèle : plus d’un Français sur trois se dit "proche de ses idées". Après le séisme dans les sondages, le séisme dans les urnes ?

Elle fêtait la semaine dernière, à la table d’un petit restaurant près de l’Étoile, l’anniversaire de son compagnon Louis Aliot. Spectacle inimaginable il y a encore quelque temps, tous les autres clients de l’établissement, sans exception, ont tenu à la saluer, réclamé des autographes ou demandé à se faire prendre en photo avec elle.

Un député européen UMP qui partage régulièrement avec elle le wagon du Thalys pour Bruxelles l’a constaté lui aussi « Depuis que nous prenons le train ensemble, il faut reconnaître que je n’ai jamais vu, à deux ou trois exceptions près, de réactions franchement hostiles, mais la ferveur dont elle bénéficie actuellement, c’est vraiment impressionnant. » « Partout où je suis allé cet été, j’ai senti ce changement de regard, témoigne encore Jean-Marie Le Pen. Dans toute ma longue carrière politique, je n’ai jamais vécu cela : un regard du public presque exclusivement favorable, sans critique ni geste d’hostilité. »

Cette popularité de Marine Le Pen se vérifiait, depuis plusieurs mois, dans les enquêtes sur sa personnalité : jusqu’à 36 % de "bonnes opinions" dans certains sondages. Une étude exclusive Ifop-Valeurs actuelles révèle que cette adhésion à sa personne est aussi une adhésion à ses idées. À la question "Vous sentez-vous proche des idées de Marine Le Pen ?", 34 % des Français répondent oui — soit 16 points de plus que son score de la présidentielle ! « On peut véritablement parler de "lepénisation des esprits", décrypte Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Contraire-mentaux idées reçues, la popularité et les résultats électoraux du FN ne s’expliquent pas.

Vous sentez-vous très proche, assez proche, assez éloigné ou très éloigné des idées de Marine Le Pen ?

Un Français sur trois, aujourd’hui, est proche idéologiquement du Front national. » Pour preuve, encore, la percée de Marine Le Pen chez les sympathisants UMP, de plus en plus perméables à ses idées : près de 4 sur 10 (38 %) se reconnaissent dans son discours. Idem pour les électeurs de Sarkozy au premier tour de la dernière présidentielle. Comme en réponse, Fillon vient d’ouvrir une brèche dans le cordon sanitaire entretenu par la droite vis-à-vis du FN en préconisant de voter pour « le moins sectaire » des candidats en cas de duel de second tour PS-FN...

Certes, la marche à franchir pour atteindre les 50 % d’adhésion est encore importante, mais elle n’est, somme toute, plus que de 16 points. Surtout, testés de la même façon, pas un seul politique ne rassemble, sur ses idées, une majorité de Français. Certes, encore, on observe un léger tassement concernant les "représentations associées à Marine Le Pen" par rapport à l’enquête Ifop-JDD de mai 2013 : les Français sont aujourd’hui 31 % (contre 37) à juger qu’elle "a des solutions pour sortir le pays de la crise", 44 % (contre 47) à estimer qu’elle "comprend les problèmes de gens comme (eux)", 60 % (contre 65) à considérer qu’elle "veut vraiment changer les choses".

« Ces résultats, qui peuvent s’expliquer par la diète médiatique de Marine Le Pen durant la trêve estivale ainsi que sur la focalisation actuelle sur les événements en Syrie, demeurent très élevés », explique Jérôme Fourquet. À l’heure où les Français rejettent plus que jamais leurs responsables politiques, accusés notamment d’être "totalement déconnectés de la réalité" et, une fois au pouvoir, de faire preuve d’une même impuissance, la présidente du FN échappe à ces deux griefs : près d’un Français sur deux loue sa compréhension de leurs difficultés et six sur dix saluent sa volonté d’agir vraiment.

La formation des têtes de liste, souvent néophytes, se fait à marche forcée, pour partie au siège de Nanterre, pour partie dans les régions.

Parmi les récents convertis, des candidats issus de tous les bords politiques « 60 % viennent de la droite, 40% de la gauche », assure Aliot, selon un décompte interne. Certains parcours témoignent de cette capacité d’attraction multiforme du "nouveau" Front national : l’atypique Robert Ménard ? Une certitude : « Il y aura des listes dans plus de 500 communes, confie Louis Aliot. Nous dépasserons notre record de listes présentées en 1995. » Dans le Gard, Gilbert Collard, député du cru, vient de l’annoncer à Marine Le Pen : il a bouclé "ses" listes à Saint-Gilles (où il sera candidat), Vau-vert, Aigues-Mortes, au Caila*au Graudu-Roi...

Anna Rosso-Roig, 45 ans, qui sera candidate FN aux municipales à Marseille, après l’avoir été aux législatives sous les couleurs du Front de gauche ; Charlotte Soula, 46 ans, marraine de l’un des fils d’Henri Guaino, passée par le RPR de Philippe Séguin puis par les cabinets ministériels de François Fillon à l’Éducation nationale (2003-2005) et Philippe Douste-Blazy aux Affaires étrangères (2005-2007), avant de devenir, il y a un an, la directrice de cabinet de Marine Le Pen ; Aymeric Chauprade, 44 ans, ancien professeur à l’École de guerre et ex-conseiller de Philippe de Villiers, qui fera son retour lors des universités d’été...

Étude réalisée par l’Ifop pour "Valeurs actuelles"du 4 au 6 septembre auprès d’un échantillon de 1 014 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. Méthode Cawi : Décryptage Une percée dans toute la population.

II n’y a plus, désormais, de sympathisants types du Front national, explique Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop : la popularité de Marine Le Pen est perceptible dans toutes les catégories de la population. Ses idées séduisent notamment autant les hommes (36 %) que les femmes (33 %). Certes, les ouvriers et employés (39 %) restent plus nombreux - que les cadres et professions libérales, où elle obtient cependant 26 % d’approbation. Certes, encore, constate-t-on un retard pour la région parisienne (31 % de proximité politique) par rapport aux communes rurales (40 %). Mais Marine Le Pen a considérablement élargi son spectre, rassemblant aussi bien un tiers des plus jeunes (18-24 ans) que des plus vieux (+ de 65 ans). Preuve que son implantation est décisive : la région nord-est est désormais plus "mariniste" (42 %) que le Sud-Est (35 %). À noter, aussi, qu’en plus des 38 % d’UMP, Marine Le Pen séduit 21 % des électeurs de... Mélenchon. Elle dispose aussi d’un important vivier chez les apolitiques :28% partagent ses idées et 39 % estiment qu’elle les comprend.

Répondre à cet article