Philippe Vaurs.

Jeudi 16 février 2012, par Paul Vaurs // Divers

Le génie et la vertu ne s’accrochent pas par hasard. L’éducation, la simplicité, le vouloir de surpasser « sans orgueil ni vanité » ceux qui vous ont conçu ; C’est ce que Philippe mon fils bien aimé a souhaité et a acquit à force de travailler sur ce qui à ses yeux représentent la magnificence de l’hostellerie Française.

L’hérédité se mérite, Philippe a su en préserver les valeurs que lui ont inculqué ses parent. Capacité à travailler avec le sens du devoir, de l’honneur, et du travail bien fait. Avec Sylvia son épouse, et les conseils de sa Maman, mon fils a conquis Paris par sa sagacité à promouvoir dans la capitale une Hôtellerie de luxe.

L’hôtellerie pour la famille Vaurs est une profession « quasi sacerdotale qui remonte à trois siècles ». Le Papa de Philippe se rappelle combien ses Parents, ses Grand’Parents, voire ses arrières arrières Grand-Parents recevaient une clientèle qui voyageait en diligence. Le feu de cheminée, le chaleureux accueil d’une famille qui aujourd’hui, tant au Pays qu’à Paris perpétue ce qu’elle considère comme étant le plus beau le plus noble métier au monde. Donner l’hospitalité avec le vouloir de considérer ses hôtes comme faisant parti de sa famille, demande de servir et non de se servir.

En Rouergue, plus précisément à Laguiole c’est Pierre « mon petit frère » et sa délicieuse épouse Danielle, qui perpétuent la tradition en ayant rénové l’hôtel familial, l’hôtel où Philippe connu ses premières conquêtes amoureuses.

Fin 1961 les parents de Philippe quittent « Laguiole » Aveyron pour « monter » à Paris. De 1962 à 1981 ils travaillent dans la « Limonade » jargon qui signifie en langue Rouergate : « Tenir un café-tabac ». Philippe avait trois ans lorsque ses parents eurent leur second commerce. Il était passionné par le flipper et le Baby-foot. L’école était son dernier souci. Puis, peu à peu il regardait avec passion le premier hôtel que ses parents avaient rénové.

En 1981, une expulsion pour cause d’aménagement du quartier de la Défense à Puteaux priva Philippe de ses jeux favoris. Il avait 19 ans, aussi souhaitait-il, rentrer à l’école hôtelière de Paris « Rue médéric ». Une courte «  traversée du désert » lui forgea la conviction que c’était dans l’hôtellerie qu’il voulait faire carrière. Pour son Père le fait d’acheter un hôtel n’était pas de mise, il avait trop souffert des obligations que ses parents avaient dans la gestion d’un hôtel à Laguiole « 12 ». Contrairement à son géniteur, sa Maman était partante pour l’expérience hôtelière, il y avait un petit conflit entre ses parents.

Entre 1961 et 1986 les parents de Philippe eurent cinq hôtels + quatre cafés restaurants. OUF dit le Papa de Philippe, maintenant j’arrête.

C’est à partir des années 90 que Philippe commença son véritable envol. Il sut s’entourer de collaborateurs fidèles et compétents. Mais c’est Philippe qui dirigeait absolument TOUT.

L’hôtellerie est plus qu’un métier, c’est un savoir-faire qui demande de l’amour ; oui, une passion, un accueil qui ne ressemble à aucune autre prestation de service. Le « client » qui fait honneur à l’hôtellier en sollicitant une chambre pour y passer une ou plusieurs nuits doit ressentir le même confort, la même commodité, la même aise , que lorsqu’il dort chez lui, dans sa maison ou son appartement. Un bon hôtellier doit se remettre sans cesse en cause, afin de satisfaire au mieux sa clientèle, il doit avoir des collaborateurs en qui il a une confiance totale.

La propreté, « des chambres et de la lingerie », ne doit pas laisser le moindre désagrément, c’est aussi important que l’accueil. Les salles de bain, et le sanitaire doivent briller, rien ne doit être occulté. Philippe a mesuré l’importance de ces « détails », mais il veut créer une hôtellerie qui n’a pas encore trouvé le décorateur à même de satisfaire son vouloir. Philippe a « inventé » une conception hôtelière qui n’a pas son pareil dans l’univers Francilien, il souhaiterait parvenir à la hauteur d’un Laguiolais « monté » à Paris au début du 20° siècles ; Oui Marcelin Caze est l’exemple que tout Aveyronnais souhaiterait avoir pour modèle. Le PERE CAZE était analphabète lorsqu’il quitta sa maison de Laguiole ; C’est par le train qu’il quitta Rodez « avec quelques sous ». Dès son arrivé à Paris, il devint Bougnat, il portait des sacs de charbons sur ses épaules de jeune paysan. Marcelin travaillait au minimum 14 heures par jour, bien que peu rémunéré, avec son épouse il acheta une vieille brasserie à Paris Bd Saint Germain  ; La fameuse brasserie LIP. Ce qu’il y a d’exceptionnel dans la vie de Monsieur Caze, ce fut cette  extraordinaire volonté à démontrer que même sans diplômes, celui qui connaît la valeur du travail, peut devenir un être supérieur aux autres.

Un compatriote donna à Philippe l’exemple de la valeur du travail bien fait ; Michel Bras restaurateur à Laguiole, fut pour lui un modèle. Philippe Vaurs est un passionné, je l’ai entendu dire « Il me semble que les choses que la passion fait faire paraissent ridicules à ceux qui n’en ont jamais senti ». Mon Fils ne jalouse personne, il a conscience de la victoire qu’il a accompli sur lui-même, tout comme l’admiration qu’il ressent pour ses grands’parents, il sait que ce sont eux qui ont donné à ses parents le courage qu’aujourd’hui il a pour affronter des défis qui lui tiennent à cœur. Un jour je lui ai dit : » Tu seras un homme mon fils, aujourd’hui je lui dit : Tu es devenu un homme mon fils. »

Philippe et Sylvia ont deux enfants, ce sont pour nous, deux petits fils brillants, ils sont notre joie de vivre.

Chers Internautes je vous laisse découvrir ses hôtels, ils sont à l’image de deux familles : » Celle de son Epouse, et celle de ses Parents.

L’hôtel One by the Five est un peu spécial. Il a la particularité de n’être composé que d’une seule chambre ! Pour être plus précis, il s’agit d’une chambre parfaitement indépendante, appartenant à l’hôtel Five.

De par son isolement, le One by the Five est un lieu unique, et vraiment intimiste. Le décoration est extrêmement raffinée, on sent que chaque détail a été travaillé, rien n’a été laissé au hasard.

Grâce au lit en “lévitation”, à la moquette et au plafond étoilés, on se croirait au 7e ciel. On se sent dans un autre univers, bien loin de l’animation Parisienne… C’est un vrai cocon au coeur du Quartier Latin !

Le mieux maintenant, c’est que vous regardiez les photos…

One by the Five

One by the Five

One by the Five

Infos pratiques :

One by the Five
3, rue Flatters, 75005 Paris
Tel. +33 (0)1 43 31 52 31
http://www.onebythefive.com 

Le Seven Hotel…

Il existe de nombreux hôtels à Paris. Différents styles vous toucheront !

Depuis quelques temps certains hôteliers audacieux se lancent dans des projets totalement fou !C’est le cas de Philippe Vaurs.

Il y a quelques années il lance un concept d’hôtel totalement nouveau sur Paris avec Le Five Design Hotel. Lieu complètement design vous faisant vivre une expérience unique. Les chambres contiennent des matériaux nobles et authentique. Il en ressort une sensation de total confort. Vous serez surpris de voir dans les murs la présence de lumière en fibre optique.

Votre regard sera totalement charmé et vous ne verrez cela nul part ailleurs.

Inutile de dire que le lancement de cet hôtels a été une réussite et reste encore sur Paris un des hôtels les plus demandés de la Capitale.

Mais voyant ce succès, Monsieur Vaurs a continué de développer ce concept et vient d’ouvrir un hôtel qui surpasse tout.

Le Seven Hotel. Le concept est tout simplement sublime,unique, design, nouveau et à la hauteur des créations des grands artistes.

Les Chambres sont toutes unique. Il existe différentes suites dans l’hôtel reprenant des thèmes précis. Découvrez des univers tels que “La Suite 7″, “Alice aux Pays des Merveilles“, “Suite Marie Antoinette”, “Sublime Suite”, “The Black Diamond” etc. Les Chambres les plus classiques de l’hôtels offrent tout ce que vous n’auriez pas pu imaginer dans un hôtel. Lit Suspendu, Bain Suspendu, Fibre Optique dans les Murs…

Le lancement de cet hôtel est une totale réussite et ouvre la porte à un nouveau concept de réalisation d’hôtels. P. Vaurs ne compte pas s’arrêter là et c’est cette envie de toujours se perfectionner qui en fait à l’heure actuel l’hôtelier le plus conceptuel, le plus artistique et le plus créatif de cette merveilleuse capitale qui est Paris.

Si vous réservez dans l’un de ces deux hôtels, vous ne pourrez plus allez ailleurs !

Suite 7
Suite 7
  Plus proche des Etoiles
Lévitation Suite
Levitation Suite
Lévitation Suite
  ON/OFF SUITE
ON/OFF SUITE
Black Diamond
Black Diamond
  Alice Aux Pays des Merveilles
Alice Aux Pays des Merveilles

Répondre à cet article