Mediapart

Paroles d’anciens des cabinets. « Hollande a menti une fois, c’était au Bourget ».

Par Lénaïg Bredoux

Samedi 17 mai 2014 // La France

Ils ont vécu deux ans au pouvoir, dans les cabinets ministériels. Petites mains ou à des postes à responsabilité, les anciens collaborateurs du gouvernement Ayrault racontent leurs déceptions, leurs doutes et leurs désillusions sur la pratique du pouvoir et la politique de François Hollande.

Les ministres déchus sont revenus à l’Assemblée. Pour leurs conseillers, le tourbillon s’est arrêté. Ils ont repris leur téléphone personnel, et il ne sonne plus tellement. Certains se sont inscrits à Pôle emploi et commencent à peine à digérer leur départ. Mediapart a rencontré une dizaine de collaborateurs du gouvernement Ayrault, de Matignon aux ministères, débarqués en même temps que leurs patrons, pour qu’ils témoignent de deux ans de pratique du pouvoir : la plupart ont accepté mais à condition de rester anonymes (voir notre boîte noire).

Les premiers mots sont encore hésitants. Peur de paraître « aigri », d’être démangé par la colère, de manquer de recul. « L’atterrissage est encore brutal », dit l’un d’eux. Ils sont plusieurs à commencer par le même ressenti : la « frustration ». Elle est logique de la part de ceux qui se vivaient dans l’action, avec des journées de 14 heures où l’on se sent forcément important, et qui ont dû s’arrêter brutalement, avec parfois des projets stoppés en plein élan. Elle est banale – à chaque remaniement, c’est la même chose. Mais elle dit également les doutes et les ressentiments sur la politique menée par la gauche au pouvoir.

« C’est encore trop tôt pour se dire si on a bien fait notre job et si on a été fidèle à ce pourquoi on était là. Mais c’est la question qu’on se pose. Et je ne suis pas sûr qu’on ait trouvé le chemin d’équilibre social-démocrate qui avait été choisi par François Hollande et Jean-Marc Ayrault », dit un “ex” de Matignon, réputé modéré. Qu’ils soient plus ou moins à gauche dans le spectre de la majorité, les conseillers rencontrés témoignent tous d’un glissement progressif de la ligne de l’exécutif, vers le social-libéralisme, le libéralisme, ou même la droite.

Ils refont le film du début du quinquennat. À Matignon, ils se souviennent que Jean-Marc Ayrault avait proposé, dès son discours de politique générale, de prévenir qu’il y aurait du « sang et des larmes », que la France était au bord de la faillite, que les marchés pouvaient l’attaquer du jour au lendemain et que cela provoquerait une crise mondiale. L’Élysée a refusé. « François Hollande pensait que tout discours anxiogène pourrait aggraver ou même provoquer la crise », se souvient un témoin de l’époque.

Deux ans plus tard, le président juge qu’il a eu tort – il l’a dit mardi sur BFM TV. Qu’importe. L’essentiel est ailleurs. Il est dans le paysage, décrit par les ex-conseillers, de contraintes étouffantes et d’un exécutif incapable de s’en libérer en imaginant d’autres chemins. « On a passé l’été 2012 avec la peur absolue de la sanction des marchés financiers. Il y a eu un combat de souveraineté par rapport à la dette française. On est même passé à deux doigts de la correctionnelle », dit un “ex” de Matignon.

Tout leur semble difficile, les pressions qu’ils subissent sont très fortes, et sur tous les sujets. Un conseiller, qui a travaillé avec Ayrault, se souvient de la loi sur le logement de Cécile Duflot : la garantie universelle des loyers braque violemment les professionnels du secteur, inquiets de leurs privilèges. À tel point qu’ils menacent de restreindre l’accès au logement – soit l’exact inverse du but recherché. Finalement, la “GUL” sera très adoucie. Commentaire du conseiller : « En 1997 (sous Jospin ndlr), c’est évident qu’on aurait réussi. Mais ce n’était pas la crise. » D’autres ont le même sentiment sur la décentralisation – une « vision juridique, techno et pas très politique », ou sur la transition énergétique – et l’inertie « épuisante » de l’exécutif sur le sujet.

Au cœur du pouvoir, ils sont nombreux à se demander s’ils sont utiles, si l’État peut encore, s’ils ne contribuent à une illusion savamment orchestrée pour mettre en scène ce qui reste de puissance publique. Un conseiller, dont c’était la première expérience à ce poste, n’en revient toujours pas de « la difficulté du changement », des « réunions qui ne décident rien », des « injonctions contradictoires ». À l’inverse, un autre novice en sort en étant « moins sceptique sur l’action publique qu’avant ». « J’avais été assez intoxiqué par l’idée du cercle des contraintes et que la politique ne peut plus grand-chose. Si la volonté politique est là, c’est possible de faire », dit-il.

À leurs yeux, c’est un mélange de renoncement et de choix idéologiques profonds qui a conduit au désastre annoncé. Ceux qui n’étaient pas hauts fonctionnaires ont découvert la puissance de la « noblesse d’État », celle des grands corps issus de l’Ena, qui ont trusté les postes les plus importants (lire notre enquête). « J’ai une impression, sans doute un peu naïve, de dépossession de notre victoire par les hauts fonctionnaires qui, dans le fond, ne sont pas de gauche », dit un jeune conseiller.

Partout le même phénomène semble avoir sidéré les plus politiques des cabinets (ainsi que les députés). Ils parlent de « technos sans vision de transformation », d’un conformisme finalement assez libéral vu l’air du temps, d’un « ventre mou de hauts fonctionnaires avec l’obéissance et le conformisme chevillés au corps » qui renforce les renoncements de l’exécutif. Plusieurs évoquent un manque d’imagination, un petit monde parisien replié sur lui-même, coupé de la société. Voire de « médiocrité » – le mot revient souvent – dans un univers sans vision. « C’est là qu’est la banalisation de notre action. Tout est dépolitisé », dit un ancien collaborateur du gouvernement.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron © Reuters

Au fil des mois, les conseillers des ministères voient aussi « peu à peu la ligne Macron » s’imposer, du nom du secrétaire général adjoint de l’Élysée, social-libéral et ex de la banque Rothschild. « Au bout de six mois, ils construisent l’idée d’une forteresse de responsabilité à l’échelle de l’histoire de la France à ne plus faire augmenter la dette. Ils se convainquent qu’ils sont là pour ça. Ils n’ont pas découvert de cadavres dans les placards mais ils changent de grille d’analyse », explique un ancien responsable de cabinet.

L’exemple le plus frappant est le retournement spectaculaire de l’exécutif sur le coût du travail : érigé en priorité par Nicolas Sarkozy, il est réduit à un élément subalterne par François Hollande candidat, qui insiste surtout sur la compétitivité dite hors coûts (recherche, investissement, organisations des filières, financement de l’économie, etc.). Le rapport Gallois et l’annonce subite du « pacte de compétitivité » dès l’automne 2012 viennent couronner la volte-face partagée par l’Élysée et par Matignon.

« Il y a eu une prise de conscience progressive. Au gouvernement, on dispose de davantage de moyens pour mesurer la compétitivité que dans l’opposition. On pouvait aussi dialoguer avec beaucoup plus d’économistes. Et tous étaient d’accord », se souvient un ex de Matignon. « C’est un virage qu’aucun d’entre nous n’a vu venir. À l’époque, on pense que s’il n’y a rien, ou presque, sur la compétitivité hors coûts, c’est de la fainéantise, un effet d’affichage. On ne mesure pas tout de suite le virage idéologique », témoigne un conseiller d’un ministère social.

Répondre à cet article