Mère Teresa.

Mardi 30 octobre 2012 // L’Histoire

Les parents d’Anjezë Gonxhe Bojaxhiu sont des commerçants bourgeois et catholiques, Albanais d’ascendance de la région de Mirdita, région du Nord de l’Albanie. Son père Kol est à la tête de différentes entreprises en bâtiment et vend des produits pharmaceutiques. Ils ont deux enfants, une fille Age, et un fils Lazare quand Agnès naît à Skopje le 26 août 1910, dans une province de l’Empire ottoman.

Kol, son père, tient à ce que tous ses enfants aillent à l’école, garçons et filles, chose relativement rare dans un pays marqué par l’influence ottomane. Les enfants aident aux travaux domestiques et reçoivent par leur mère une éducation religieuse. Ses parents, catholiques pratiquants, aident souvent les pauvres de la ville, et Agnès accompagne souvent sa mère dans la visite aux plus démunis, tant pauvres qu’alcooliques ou orphelins. Drâne, sa mère, conseille à ses enfants « Quand vous faites du bien, faites-le comme une pierre que vous jetez à la mer ». De même ils accueillent régulièrement des pauvres à leur table ; Agnès est marquée par la recommandation de sa mère « Ma fille n’accepte jamais une bouchée qui ne soit partagée avec d’autres ».

La région connaît des tensions ethniques et religieuses avec les guerres des Balkans au cours desquelles la région est conquise par la Serbie, puis la Première Guerre mondiale ; en 1919 le père d’Agnès est victime d’un malaise et meurt. Elle se retrouve alors orpheline à 9 ans. Les entreprises familiales font faillite et Drâne ouvre un atelier de couture pour subvenir aux besoins de sa famille. La mère éduque ses enfants dans la foi, les enfants participent activement à la vie de la paroisse tenue par des jésuites. La famille organise des veillées de prières, participe aux offices, Agnès devient soprano de la chorale du village, joue au théâtre, apprend la mandoline. C’est dans cette ambiance de prière qu’Agnès pense, à l’âge de 12 ans à se consacrer à Dieu, elle met six ans à être convaincue de cet appel. Elle aime la solitude, la lecture, mais sa santé est fragile et elle est victime de rhumes chroniques.

Un nouveau père jésuite Franjo Jambrekovic développe dans sa paroisse l’intérêt pour les missions, tant par des prières que des revues ou des conférences de missionnaires qui viennent. À l’âge de 17 ans, elle lui demande comment discerner sa vocation, le père jésuite répond que c’est « par la joie ». Après un pèlerinage au sanctuaire marial de Letnice, elle ressent le désir d’une vie consacrée.

Elle demande à sa mère l’autorisation d’entrer dans la congrégation des sœurs de Lorette. Sa mère accepte, malgré l’opposition de son frère Lazare qui trouve cela du gâchis. Agnès postule avec l’aide du père Franjo Jambrekovic et son départ est prévu pour le 25 septembre 1928.

Religieuse chez les Sœurs de Notre Dame de Lorette

Postulat et noviciat

Elle quitte sa terre natale le 26 septembre 1928, à l’âge de 18 ans, et rejoint le couvent de l’ordre missionnaire des sœurs de Notre-Dame de Lorette à Rathfarnham près de Dublin en Irlande, communauté missionnaire fondée au XVIIe siècle par Mary Ward. En six semaines elle apprend l’anglais ; elle apprend aussi à discerner son appel à la vie missionnaire, peut-être à l’aide des exercices spirituels. Le 1er décembre 1928, munie de quelques bases d’anglais, elle part en Inde pour y faire son noviciatF 14.

Elle arrive à Calcutta en 1929 ; elle y est très vite choquée par l’extrême pauvreté, elle écrit ses impressions à un journal catholique de son village : « Si les gens de nos pays voyaient ces spectacles, ils cesseraient de se plaindre de leurs petits ennuis ». Elle part ensuite pour Darjeeling où elle fait son postulat et son noviciat.

Agnès devient novice le 23 mai 1929 et porte l’habit religieux pour la première foisF 16. Retirée du monde, elle reçoit une formation religieuse par la lecture des vies de saints, et prépare son diplôme d’enseignante. Le 25 mai 1931 elle fait ses vœux temporaires et change de nom pour s’appeler sœur Mary-Teresa. Choisissant ce nom, elle veut se placer sous le patronage de Thérèse de Lisieux, orpheline comme elle, religieuse carmélite canonisée trois ans plus tôt en 1925, déclarée sainte patronne des missions, qui voulait vivre « tout par amour » et qui a écrit « ma vocation c’est l’amour ».

Enseignante à Calcutta

Après avoir travaillé quelques mois dans un dispensaire au Bengale où elle soigne des pauvres. Mary-Teresa devient enseignante à l’école de Loreto Entally à Calcutta, de 1931 à 1937A 3,F 20. Face à des classes de 300 élèves, sa pédagogie stricte et son service humble la rendent proche des enfants indiens qui l’appellent rapidement « Ma », ce qui signifie « Mère ».

Elle prononce ses vœux définitifs en Inde le 24 mai 1937. Elle devient en 1944 directrice des études à Sainte-Marie, école réservée aux classes sociales supérieures de Calcutta. Elle consacre une partie de son temps aux bidonvilles où elle se rend pour consoler les démunis et les malades, et visiter ceux qui sont hospitalisés à Nibratan Sarkal. Elle écrit à sa mère, et annonce probablement avec fierté sa nomination en tant que directrice ; sa mère lui répond : « Ma chère enfant, n’oublie pas que si tu es partie dans un pays si lointain, c’est pour les pauvres ».

Le train vers Darjeeling : l’appel dans l’appel

Le 10 septembre 1946, au cours d’un voyage en train de Calcutta à Darjeeling où a lieu la retraite annuelle de sa communauté, elle reçoit ce qu’elle appelle « l’appel dans l’appel ». Pendant qu’elle essaye de dormir : « Soudain, j’entendis avec certitude la voix de Dieu. Le message était clair : je devais sortir du couvent et aider les pauvres en vivant avec eux. C’était un ordre, un devoir, une certitude. Je savais ce que je devais faire mais je ne savais comment ». Mère Teresa parle de cette journée comme étant le « jour de l’inspiration ». Mère Teresa ajoute que cette expérience est celle de l’amour de Dieu, qui veut aimer mais aussi être aimé. Elle exprime cette expérience beaucoup plus tard dans une lettre en 1993 revenant sur cette expérience du 10 septembre, en affirmant que Dieu a soif de nous :« Si vous devez retenir quelque chose de la lettre de Mère, retenez ceci : “J’ai Soif” est bien plus profond que Jésus vous disant “Je vous aime”. Tant que vous ne savez pas au plus profond de vous que Jésus a soif de vous, vous ne pouvez pas savoir qui il veut être pour vous. Ou qui il veut que vous soyez pour lui ».

Elle ne parle à personne de cette expérience et médite en silence. De retour à Calcutta, elle écrit à son père spirituel jésuite Céleste Van Exem, et lui dit son désir de tout quitter. Il lui recommande de prier et de garder le silence. Peu de temps après il expose la situation à l’évêque de Calcutta Mgr Ferdinand Perier qui s’y opposeF 25. Sœur Mary-Teresa n’est pas surprise de la réponse et mûrit son désir ; elle veut fonder un nouvel ordre religieux. Elle tombe gravement malade peu de temps après et est envoyée dans un sanatorium à Asansol, dans l’État du Bengale occidental, pour guérir d’un début de tuberculose. Pendant cette convalescence elle prie et approfondit le message qu’elle a reçu, elle dit découvrir alors que Dieu l’aime mais aussi qu’il veut être aiméE 3.

Ce temps de repos est écourté du fait de la crise qui secoue l’Inde : les sœurs rappellent Sœur Mary-Teresa pour répondre aux besoins d’aide. Sa détermination est toujours aussi grande ; aussi l’archevêque demande-t-il au Saint-Siège la permission de pouvoir lui accorder l’exclaustration. Le 8 août 1948 elle reçoit la réponse, de sa Sainteté le pape Pie XII lui accorde la permission de quitter son ordre pour un an.

La fondatrice

Le début de la fondation

Sœur Mary-Teresa, qui se fait appeler Mère Teresa, prépare son départ après avoir reçu l’autorisation ; elles se confectionne un sari bleu et blanc. Le 16 août 1948 elle quitte avec difficulté les sœurs de Lorette ; elle a cinq roupies en poche. Elle se rend à Patna afin d’y recevoir une formation d’infirmière. Elle revient quatre mois plus tard et loge chez les petites sœurs des pauvres. À la demande de Mgr Ferdinand Perier, elle tient un journal dans lequel elle décrit ses réflexions : « L’extrême pauvreté vide progressivement l’homme de son humanité ».

Elle décide alors de donner des cours dans la rue aux enfants dès le 21 décembre 1948 ; dix jours plus tard ils sont déjà plus de 50 enfants. Elle cherche à louer un local ; elle distribue des savons et en explique l’usage. Elle ouvre dans un autre bidonville de Tiljana une nouvelle école. Elle tente de soigner les pauvres qu’elle rencontre. En décembre 1948 elle fait la connaissance de Jacqueline de Decker, une Belge qui veut vivre le même idéal qu’elle. Cette dernière a des problèmes de santé et décide de se soigner avant de revenir voir Mère Teresa. Elle repart en Belgique pour des soins tout en gardant des liens épistolaires. Certains critiquent la nouvelle vie de Mère Teresa, la trouvant inefficace et utopiste. En janvier 1949 elle recherche à vivre au plus près des pauvres, et ne veut plus vivre avec l’aide des petites sœurs des pauvres ; elle décide donc de chercher un nouveau lieu et grâce à l’aide du père Van Exem elle est accueillie au dernier étage d’une maison de Portugais. Sa vie s’organise entre les temps de prière, l’enseignement aux enfants et les soins aux mourants. Elle reçoit l’aide ponctuelle de laïcs et mendie dans des pharmacies les médicaments qu’elle ne peut payer.

Le 15 mars 1949, Mère Teresa reçoit la visite d’une de ses anciennes élèves, qui lui demande de pouvoir la suivre. Mère Teresa la renvoie en lui demandant de mûrir son choix. Quelques mois plus tard cette même jeune femme revient en sari et lui demande de l’accepter. Quelques jours après elle est suivie par deux autres anciennes élèves. En août 1949, le délai de l’autorisation étant achevé, l’évêque décide de prolonger l’exclaustration de Mère Teresa.

Les sœurs missionnaires de la Charité Missionnaires de la Charité avec leur sari blanc et bleu dans les rues

Sisters of Charity.jpg Missionnaires-de-la-Charité MG 0508.JPG Missionaries of Charity in Haiti.jpg

Missionnaires de la Charité

Très vite plus de dix jeunes filles décident de suivre Mère Teresa. Elle oblige ses anciennes élèves à achever leurs études supérieures. Au printemps 1950 le Père Van Exem demande à Mère Teresa d’écrire une règle religieuse. Elle écrit la règle en une nuit et décide de choisir le nom de missionnaire de la Charité. Elle choisit ce nom de charité, agapé : amour qui vient de Dieu, Mère Teresa voulant répandre l’amour qui vient de Dieu. Mgr Ferdinand Perier inaugure la nouvelle congrégation le 7 octobre 1950. Elles adoptent l’habit du sari comme habit religieux pour se fondre parmi les populations indiennes.

Naissance du mouroir de Kaligat

Mère Teresa voit un mourant, et décide de l’emmener à l’hôpital, mais l’établissement refuse de le prendre en charge ; et l’agonisant meurt sans avoir été accueilli. Mère Teresa décide alors de s’occuper des mourants et demande un lieu à la mairie de Calcutta, qui lui offre un local à Kaligat proche du temple à la déesse hindoue Kâlî. Elle appelle la maison « Nirmal Hriday », « Maison au cœur pur - Foyer pour mourants abandonnés ». Les sœurs amènent les mourants les plus pauvres et abandonnés et les soignent avec des moyens rudimentairesF 42.

Cependant l’installation de religieuses catholiques proche d’un temple hindou est vue d’un mauvais œil par les hindous qui les accusent de prosélytisme. Une émeute éclate et les sœurs doivent leur survie à la protection de la police. Un des opposants, victime de la tuberculose, rejeté car intouchable, est recueilli quelques mois plus tard. Son opinion sur Mère Teresa change, il voit en elle une réincarnation de la déesse Kali, ce qui conduit à établir des relations de fraternité entre les hindous et Mère Teresa.

Deux ans après la fondation, Mère Teresa achète une maison, vendue à prix dérisoire par un musulman, pour y établir les sœurs. Mère Teresa exige des sœurs une pauvreté des lieux, qu’elle justifie : « Comment puis-je regarder les pauvres en face, comment puis-je leur dire “je vous aime et je vous comprends” si je ne vis pas comme eux ? ». De même elle refuse l’aide économique du Vatican.

La vie est organisée avec des temps de prières le matin et le soir, et la journée au service des pauvres. Mère Teresa affirme que la « prière est la respiration de l’âme. Sans la force que nous recevons de la prière, notre vie serait impossible. ». Elle explique le lien entre la prière et l’action des sœurs missionnaires de la Charité, voyant dans chaque pauvre la présence de Dieu : « Jésus veut rassasier sa propre faim de notre amour en se cachant derrière les traits de l’affamé, du lépreux, du mourant abandonné. C’est pourquoi nous ne sommes pas des assistantes sociales mais des contemplatives au cœur même du monde. Nos vies sont consacrées à l’eucharistie par le contact avec le Christ, caché sous les espèces du pain et du corps souffrant des pauvres ».

L’orphelinat de Nirmala Shishu Bavan

Un jour Mère Teresa aperçoit un enfant abandonné en train d’être mangé par un chien dans la rue ; elle recueille l’enfant qui meurt quelque temps après. Mère Teresa décide alors de créer un orphelinat. Le nouveau centre Nirmala Sishu Bavan ouvre ses portes le 24 novembre 1955 ; elle y recueille les enfants abandonnés et les propose à l’adoption. Elle ouvre quelque temps après un centre spécialisé pour les enfants qui ne sont pas adoptés, du fait de la croyance au mauvais karma et de la marginalisation des intouchables.

Pour Mère Teresa, chaque vie est sacrée, elle s’oppose toute sa vie à l’avortement : « Toute vie est vie de Dieu en nous. Même l’enfant non encore né a la vie de Dieu en lui. Nous n’avons pas le droit de détruire cette vie, quel que soit le moyen employé et pour quelque raison que ce soit ». Son engagement contre l’avortement suit deux axes : éduquer à la méthode de contraception naturelle, et favoriser les adoptions d’enfants de personnes qui veulent avorter.

Les coopérateurs souffrants

Dans le même temps Mère Teresa apprend que son amie Jacqueline de Decker qui devait la rejoindre ne le pourra pas, suite à des opérations graves au dos. Mère Teresa lui demande alors de devenir sa sœur spirituelle, lui demandant de partager « nos mérites, nos prières et notre travail par vos souffrances et vos prières ». Mère Teresa croit que par la souffrance unie à Dieu, celle-ci peut acquérir une valeur positive. Jacqueline de Decker devient la première des coopérateurs souffrants, ensemble de personnes malades qui s’unissent dans la prière aux missionnaires de la Charité.

Les lépreux

Entre 1948 et 1957 Mère Teresa et les premières sœurs s’occupent des lépreux qu’elles rencontrent, mais sans que ce soit pour autant une priorité. C’est en 1957 qu’elle reçoit 5 personnes qui ont perdu leurs emplois suite à la lèpre, du fait de la croyance au mauvais karma, qui conduit à exclure les lépreux de la société.

Mère Teresa cherche alors à ouvrir un centre pour les lépreux, mais les sœurs sont accueillies par des jets de pierre, Mère Teresa décide donc d’envoyer des ambulances pour soigner les lépreux. Ce moyen ambulant permet ainsi de soigner les lépreux en les rejoignant. Elle appuie alors la journée contre la lèpre de Raoul Follereau.

Développement planétaire

Besoins et extension des missionnaires de la Charité

Devant les difficultés financières, le père Van Exem publie une annonce dans un journal afin de demander des soutiens. Le Premier Ministre du Bengale, le Dr. Bidhan Chandra Roy donne alors une aide financière, et rencontre Mère Teresa avec qui il noue une amitié profonde.

De même les premiers laïcs, dont Ann Blaikie, rencontrent Mère Teresa et veulent aider en offrant des cadeaux pour les enfants à Noël. Mère Teresa qui ne veut exclure aucun enfant lui demande d’offrir des cadeaux aussi pour les fêtes musulmanes ou hindoues. Ces laïcs de plus en plus nombreux deviennent les coopérateurs actifs de l’ordre en 1960.

Mère Teresa est invitée à la BBC pour témoigner et demander de l’aide. De nombreuses personnes répondent, mais elle ne se satisfait pas de la seule aide financière : elle demande aux coopérateurs d’aider là où ils sont, en se consacrant à leur entourage, et aussi en répétant la Prière de saint François d’Assise.

L’année 1959 marque ce que Mère Teresa appelle le « troisième pas de ma vie ». Dix ans après sa fondation sa congrégation peut se développer en dehors des limites de son diocèse de CalcuttaF 63.

Mère Teresa s’implante à Ranchi, puis à New Dehli en présence du premier ministre de l’Inde Nehru. L’année suivante elle fonde des missions à Jansi, Agâ, Asansal et Bombay où elle s’offusque publiquement de l’extrême pauvreté qui y règne. Cette critique déclenche une campagne de presse à Bombay contre Mère Teresa. Mais en 1962 elle reçoit la première décoration Padma Shri des mains du président indien pour son œuvre..

En 1963, Mère Teresa s’oppose en vain à la destruction d’un hôpital de lépreux à Calcutta ; elle décide de créer en 1963 une cité pour lépreux, la Cité de la paix à Asansol. La cité commence dès 1964. Le Pape Paul VI en visite en 1965 en Inde offre sa limousine à Mère Teresa, qui décide alors de la mettre aux enchères afin de pouvoir financer la construction de sa cité.

En mars 1963 les premiers hommes fondent les frères missionnaires de la charité, Mère Teresa rencontre le père jésuite Andrew Travers-Ball et lui propose de diriger la nouvelle congrégation, ce qu’il accepte. Il écrit les constitutions de l’ordre avec Mère Teresa, et reçoit en 1967 l’approbation de Rome, malgré des différences de conceptions, tant sur l’habit que sur la conduite religieuse différente des sœurs ; Mère Teresa préfère se soumettre à la conception du Père Andrew.

Extension internationale


Mère Teresa en 1981 lors d’une inauguration en Colombie.

Dès 1965 les missionnaires de la Charité s’implantent en Amérique latine à la demande du pape Paul VI. L’intégration est assez difficile dans ces pays pour à la fois respecter le clergé local et obéir au pape. Mère Teresa refuse cependant tout engagement politique des sœurs, choisissant d’aller dans tous les pays, même dans les dictatures comme Haïti, les Philippines de Ferdinand Marcos ou le Yémen musulman, ce qui lui est très vivement reprochéF 71.

En 1968 à la demande de Paul VI, elle ouvre une maison à Rome, et découvre alors la grande pauvreté qui existe aussi dans le monde. Dans le même temps, les sœurs œuvrent au Bangladesh, pays dévasté à cette époque par la guerre d’indépendance ; de nombreuses femmes sont victimes d’exactions, violées par les soldats. L’œuvre s’étend peu à peu partout où est la pauvreté, même dans des régions et des pays peu favorables aux chrétiens, et jusque-là interdits à tout missionnaire. Au Yémen par exemple, pays à majorité musulmane où l’influence chrétienne est faible, Mère Teresa, invitée par le Premier Ministre en 1973, ouvre des cours de couture à Al Hudaydah et s’occupe également des lépreux qui vivent retirés dans les grottes du désert yéménite. On la surnomme Mère sans frontière.

Figure planétaire


Sandro Pertini
et mère Teresa en 1978.


Mère Teresa recevant la Médaille de la Liberté du Président Ronald Reagan en 1985.

En 1969 les missionnaires de la Charité sont reconnues de droit pontifical. En 1971 Mère Teresa reçoit le prix Jean XXIII du pape Paul VI, ce qui marque le début de la reconnaissance mondiale de son œuvreF 73. Elle fonde alors une maison à New York ainsi qu’un noviciat à Londres.

En 1976 elle décide de fonder l’ordre des sœurs contemplatives, les sœurs du Verbe qui consacrent leurs temps à la prière pour les pauvres ; elle en fonde la première maison à New York.

En 1978 elle reçoit le prix Balzan pour l’humanité, la paix et la fraternité entre les peuples « pour l’abnégation exceptionnelle avec laquelle elle s’est dévouée toute sa vie, en Inde et dans d’autres pays du tiers-monde, afin de secourir les innombrables victimes de la faim, de la misère et des maladies, les laissés pour compte et les mourants, transformant sans relâche en action son amour pour l’humanité souffrante ». En plus de ses nombreuses médailles, Mère Teresa est docteur honoris causa de plusieurs universités.

Le 17 octobre 1979, Mère Teresa reçoit le prix Nobel de la paix qu’elle accepte « au nom des pauvres ». La petite religieuse ne trahit pas ses propres convictions lors de son discours, en dénonçant l’avortement : « De nos jours, nous tuons des millions d’enfants à naître, et nous ne disons rien. Prions tous pour avoir le courage de défendre l’enfant à naître et pour donner à l’enfant la possibilité d’aimer et d’être aimé. »

Pauvreté de l’occident

À partir de ce moment la vie de Mère Teresa devient fortement médiatisée. Mère Teresa critique alors le matérialisme et l’égoïsme des sociétés occidentales, elle élargit son discours sur la pauvreté et parle de la faim spirituelle : « L’amour naît et vit dans le foyer. L’absence de cet amour dans les familles crée la souffrance et le malheur du monde aujourd’hui. Nous avons tous l’air pressé. Nous courons comme des fous après les progrès matériels ou les richesses. Nous n’avons plus le temps de bien vivre les uns avec les autres : les enfants n’ont plus de temps pour les parents, ni les parents pour les enfants, ni pour eux-mêmes. Si bien que c’est de la famille elle-même que provient la rupture de la paix du monde ».

Mère Teresa refuse toute logique d’organisation ou de business de l’œuvre : elle veut que les missionnaires de la charité vivent de la providence, et donc des dons, mais sans trop accumuler. Elle décide donc en juillet 1981 de refuser des dons d’argent trop nombreux ; la presse critique alors Mère Teresa qui aurait trop d’argent au point d’en refuser. De même elle refuse les associations qui ne la soutiennent que financièrement, affirmant qu’elle ne veut pas d’amis mais des coopérateurs : « C’est un capital d’Amour qu’il faut réunir. Un sourire, une visite à une personne âgée. Les vrais coopérateurs du Christ sont les porteurs de sa charité. L’argent vient si on recherche le royaume de Dieu. Alors tout le reste est donné. ». En 1982, sur une des hauteurs du siège de Beyrouth, mère Teresa sauve 37 enfants hospitalisés pris au piège dans une ligne de front entre l’armée israélienne et la guérilla palestinienne. Elle provoque un cessez-le-feu, et accompagnée par la Croix-Rouge, elle traverse la zone de tir jusqu’à l’hôpital dévasté pour évacuer les jeunes patients.

En 1984, elle fonde les « pères missionnaires de la Charité » avec le père Joseph Langford. Le 11 décembre de la même année, elle vient assister les victimes de la catastrophe de Bhopal, quelques jours après le désastre. En 1985 elle reçoit de Ronald Reagan la plus haute distinction américaine. La même année elle crée à New York le premier foyer pour les victimes du sida, qui vient de faire son apparition. Le déclin de l’URSS marque le début des fondations dans les pays de l’Europe de l’Est en 1989.

Problèmes de santé


Portrait de Mère Teresa en 1988

En cette même année 1989, Mère Teresa est victime d’un arrêt cardiaque, et elle décide de démissionner de la charge de supérieure des Missionnaires de la Charité. Elle est cependant réélue en 1990. Elle continue ses voyages malgré sa santé fragile, et fonde une maison en Albanie, pays de sa naissanceF 82. En décembre 1991 elle est de nouveau victime d’un arrêt cardiaque, elle se repose mais reprend ses visites dans le monde entier, cherchant à fonder en Chine. Mère Teresa a une tumeur à l’estomac. Le 5 septembre 1997, elle est amenée d’urgence à l’hôpital ; c’est vers 14h30 qu’elle décède des suites de cette tumeur.

Spiritualité : « J’ai Soif »

Mère Teresa est très marquée par l’expérience du 10 septembre 1946, et bien qu’elle soit discrète pendant des années sur cette expérienceB 3, elle met les paroles de Jésus lors de la Passion « J’ai soif » dans toutes les chapelles des missionnaires de la Charité . Quand elle explique son expérience du 10 septembre 1946, elle affirme avoir expérimenté la « soif de Dieu » comme étant les « profondeurs du désir divin infini d’aimer et d’être aimé » ; Elle conçoit alors sa vocation comme répondre à cette soif de Dieu, aimant les pauvres dans lesquels elle voit Dieu :« Pour moi, ils sont tous le Christ - Le Christ dans un déguisement désolant ».

Elle explicite cette « soif de Jésus » lors la lettre dite de « Varanasi » écrite aux missionnaires de la Charité, le 25 mars 1993, dans laquelle elle affirme « Si vous devez retenir quelque chose de la lettre de Mère, retenez ceci : « J’ai soif » est bien plus profond que Jésus vous disant « Je vous aime ». Tant que vous ne savez pas au plus profond de vous que Jésus a soif de vous, vous ne pouvez pas savoir qui il veut être pour vous. Ou qui il veut que vous soyez pour lui. » Mère Teresa poursuit « Jésus a soif, même maintenant, dans votre cœur et dans les pauvres, il connaît votre faiblesse. Il veut seulement votre amour, il veut seulement la chance de vous aimer. »E 3.

Prière et service des pauvres

Alors que Mère Teresa embrasse pleinement sa vocation missionnaire, elle insiste tout autant sur la nécessité d’une vie contemplative de prière. Ainsi, malgré la surcharge de travail, elle insiste pour que chacune des Missionnaires de la Charité puisse participer à l’Eucharistie et passer une heure devant le Saint Sacrement chaque jour, à partir du chapitre général de sa congrégation en 19733. Pour Mère Teresa, la prière n’est pas du temps pris sur le service des pauvres, mais bien une partie essentielle de celui-ci : « plus nous recevons dans la prière silencieuse, plus nous pouvons donner. »C 1 Le pape Benoît XVI a mis en avant la vie de Mère Teresa comme un exemple de cette articulation de la prière et de la charité au cœur de son encyclique Deus Caritas est : « La bienheureuse Teresa de Calcutta est un exemple particulièrement manifeste que le temps consacré à Dieu dans la prière non seulement ne nuit pas à l’efficacité ni à l’activité de l’amour envers le prochain, mais en est en réalité la source inépuisable. »

Benoît XVI, Deus caritas est4

Un Chemin tout simple

Malgré sa souffrance physique et psychologique et la pauvreté qui l’entoure, Mère Teresa défend toute sa vie durant la réalité du bonheur terrestre accessible par la simplicitéC 1. En s’appuyant sur son expérience et celle des hommes et des femmes qui l’ont suivie, Mère Teresa trace un chemin tout simple vers le vrai bonheur qu’elle résume dans son dernier ouvrage Un Chemin tout simple publié de son vivant en 1995. Ce chemin se résume en cinq lignes qu’elle imprime sur des petits cartons jaunes qu’elle distribue à ses visiteurs :

  • « Le fruit du silence est la prière. Le fruit de la prière est la foi.
  • Le fruit de la foi est l’amour.
  • Le fruit de l’amour est le service. Le fruit du service est la paix. »

Mère Teresa, Un Chemin tout simple5

Sens et origine de la souffrance

Bien que souvent accusée de mythifier la pauvreté et de prêcher un plaisir de la souffrance6, Mère Teresa fait une distinction entre la pauvreté librement choisie des religieux, qui est un signe, et la misère imposée, qui est le résultat de la pauvreté. Pour elle, « c’est le résultat de notre refus de partager. Dieu n’a pas créé la pauvreté, il nous a seulement créés, nous »F 23.

Désireuse de partager sa conviction que Dieu est amour, et consciente que les sermons ne suffisent pas à en convaincre ceux qui sont dans la misère, elle insiste que l’amour est exigeant. « Un amour vrai doit faire mal », selon elle, car il est à l’image de l’amour de Dieu, s’il est vrai que Dieu lui-même a souffert en aimant les hommes, car il a dû laisser son fils, Jésus Christ, mourir sur une croix. En ce sens, la souffrance devient, pour elle, une expression de l’Amour de Dieu.

« Ne traitons-nous pas quelquefois les pauvres comme des poubelles où nous jetons tout ce que nous ne mangeons pas ou dont nous n’avons plus besoin ? »

Mère Teresa, Discours à l’occasion de la remise du Prix TempletonC 2

Nuit de la Foi

Dans le silence, Mère Teresa vit pendant 50 ans une « nuit de la foi ». Largement commentée dans les milieux chrétiens à l’époque de sa béatification7, cette épreuve apparaît avec une précision jusque-là inédite avec la publication de Mother Teresa : Come be my Light (Mère Teresa : Viens, sois ma lumière), un ouvrage compilant des lettres rédigées au cours des soixante dernières années de sa vie.

Elle avait ainsi confié en 1979 à son confesseur le Père Michael Van Der Peet8 : « Pour moi, le silence et le vide sont si importants que je regarde et ne vois pas, que j’écoute et n’entends pas ». À la lecture de ses lettres, les tourments permanents de mère Teresa sont révélés dans toute leur ampleur. Sa tranquillité se comprend mieux à la lumière de ses enseignements : « Dieu aime celui qui donne avec joie et Il prend tout contre, la religieuse qu’Il aime »9.

En compilant ces lettres et en éditant ce livre, conformément aux engagements de la communauté10, le père Brian Kolodiejchuk finit par connaître ce secret alors connu seulement de quelques personnes dont son évêque et ses conseillers spirituels. En vivant la nuit de la foi qui est à la fois une absence apparente de Dieu pour le saint et la grande proximité de Dieu visible à l’entourage, Mère Teresa est dans la tradition spirituelle des mystiques de l’Église Catholique comme Sainte Thérèse d’Ávila, Saint Jean de la Croix et Sainte Thérèse de Lisieux.

Poursuivant sa mission de répandre l’amour auprès des plus pauvres, Mère Teresa, plutôt que de se laisser écraser par le désespoir, trouve dans cette épreuve une opportunité de se rapprocher des pauvres qu’elle sert : « La situation physique de mes pauvres abandonnés dans les rues, indésirables, mal aimés, délaissés - est l’image fidèle de ma propre vie spirituelle et de mon amour pour Jésus »

Répondre à cet article