Merci, François !

Samedi 15 juin 2013 // La France

Drapeau de France

Après l’adoption du texte, point d’orgue de sept mois d’affrontements dont l’intensité l’a pris au dépourvu, François Hollande pensait en avoir fini avec la loi Taubira. C’était sans compter sur la détermination intacte des opposants au projet, bien décidés à ne rien lâcher. Après les grandes mobilisations de novembre et de janvier derniers, après la gigantesque réunion au mois de mars sur l’avenue de la Grande Armée, ce sont encore des centaines de milliers de personnes qui se sont mobilisées dimanche 26 mai à Paris, malgré les intimidations habituelles du pouvoir en place, relayées par tous les médias.

La mine grave, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avait vivement déconseillé de participer à la manifestation avec des enfants. Trop dangereux ! Il prédisait des incidents. Des hordes « d’extrême-droite », des ligues « factieuses » devaient déferler sur la capitale et, pourquoi pas ?, mettre à bas la République elle-même. Des milliers de policiers et de gendarmes avaient été déployés pour faire face à cette menace. Procédé bien connu : des incidents ont bien éclaté au moment de la dispersion de la manifestation mais sans qu’on sache très bien qui les avaient provoqués. Qui étaient donc ces hommes tout de noir vêtu, la tête recouverte d’une capuche, dont l’apparence contrastait furieusement avec les pantalons fushias et les mocassins vernis des participants à la Manif pour tous ? Aucun d’entre eux ne figuraient en tout cas, parmi les centaines d’interpellés gardés à vue, parfois de façon totalement abusive, dans les commissariats parisiens et jusqu’au dépôt du quai des Orfèvres...

Certes, la majorité a atteint son objectif. Le premier mariage gay a été célébré à Montpellier en grandes pompes, ce qui en dit long sur le soulagement des sectateurs du dit « mariage homosexuel ». Mais rien ne s’est passé comme prévu. Cette « réforme de civilisation », comme l’a qualifiée le garde des Sceaux, a même eu l’effet exactement inverse à celui qui était recherché.

Elle devait être une marche triomphale vers le progrès et l’égalité, et des centaines de milliers de Français se sont levés en masse pour revendiquer des valeurs qu’ils n’osaient plus affirmer : que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme et que le premier des droits de l’homme à faire respecter est celui qui protège le plus faible, l’enfant. Elle devait achever de « ringardiser » ses opposants et ceux-ci, désinhibés, décomplexés, n’ont plus honte de ce qu’ils sont, assument leurs valeurs sans se laisser intimider, ni railler. Elle devait diviser ses adversaires, mais elle a fait naître un mouvement jeune et spontané, heureux finalement de se compter si nombreux, et sur lequel les habituelles méthodes de culpabilisation n’ont plus de prise. C’est un renversement !

En réalité, l’intransigeance dont a fait preuve le gouvernement aveuglé par son idéologie délirante, n’a fait que fédérer, consolider et exacerber la résistance. Toute une génération a pris goût à l’action. Elle a désormais la volonté de ne plus rester spectatrice de la chose publique, mais d’agir, de peser sur l’avenir de son pays. Dès les prochaines élections municipales, elle soutiendra d’abord « tous les hommes et les femmes de courage et de bonne volonté qui défendront les valeurs de la famille dans la cité », a dit Ludovine de La Rochère, la présidente de la Manif pour tous. C’est une première application concrète qui en appelle d’autres à l’heure où se profilent les prochaines lois de bioéthiques.

Alors, merci à vous, monsieur Hollande ! Pour avoir affiché ce mépris insensé envers vos concitoyens, pour avoir fait prendre conscience qu’une loi « démocratique » n’est pas forcément « juste », pour avoir laissé dire par vos amis que « louer son ventre » équivalait à « louer sa force de travail », pour avoir réinventer en France la répression policière, la barbouzerie et les comparutions immédiates, pour avoir éveillé la conscience et échauffé le coeur de toute une génération sur laquelle il faudra compter à l’avenir, pour les Veilleurs, pour le Printemps français... Merci, François Hollande !

Non pas merci, vous êtes un fumiste, votre gouvernement est nul à C ; Seuls messieurs Fabius, et votre ministre des Armées sont des MINISTRES RESPONSABLES ; Celui de l’INTÉRIEUR, le nommé Valls est un beau parleur, mais quand il se défoulle sur l’histoire de notre pays, cet homme est un pauvre ignard, qui veut nous donner des leçons de démocratie. Il parle du 14 juillet 1789, mais il ignore le 14 juillet 1790 où au champ de Mars le peuple de Paris et la famille Royale vivaient un évènement sans précédent.

Le roi Louis XVI proclama la nouvelle constitution de la France qui était calquée sur celle d’Angleterre ; La France, de par la volonté de son Roi, devenait une monarchie parlementaire. Monsieur le Ministre ne confondait pas un État Républicain, avec les valeurs républicaines…comme c’est le cas chez vous en Espagne où le roi règne mais ne gouverne pas. Votre roi, a rétabli la démocratie, et l’a à nouveau sauvé en 1981 lorsque des généraux félons voulaient rétablir la DICTATURE.

Répondre à cet article