Mauvais Français ?

Mercredi 28 novembre 2012 // La France

www.innovation-democratique.org

Est-on injuste avec François Hollande et son équipe ? Ou plus exactement, la droite et les commentateurs qui lui sont bien sûr affidés font-ils preuve d’une « agressivité teintée de mépris » à l’égard du président et du gouvernement, comme l’affirme Laurent Joffrin, patron du Nouvel Observateur, qui n’hésite pas à sortir le célèbre "parfum des années 1930" du placard des bons vieux arguments ?

Je me le suis demandé en relevant, en même temps que je lisais son éditorial, que commencent à paraître les premiers papiers visant à améliorer l’image du président et de son amie. Ce sont des classiques de la vie des journaux, qui nous promettent de tout nous dire sur Hollande intime ou Valérie Trierweiler chez elle, comme ils l’ont fait autrefois des Sarkozy.

Eh bien, je ne le crois pas. Joffrin reprend une blague inventée par le Quotidien de Paris en 1981 à propos de Mitterrand : si François Hollande traversait la Seine en marchant sur l’eau, les abominables commentateurs s’écrieraient : "Hollande ne sait pas nager !" Cette mauvaise foi, cette « hargne », ce « chapelet d’invectives », cette « rhétorique qui ramène avant guerre » je cite toujours Laurent Joffrin n’aurait qu’une explication : l’argent. C’est parce qu’il tape la droite, entendez la bourgeoisie, au portefeuille, c’est parce que François Hollande augmente les impôts qu’elle est « entrée en convulsion ». Ma foi, je n’ai pas très bien vu la convulsion surtout au moment où François Fillon semble près de prendre la tête de l’opposition.

On peut tout dire de François Fillon, mais la convulsion, non. Et puis les critiques que s’attirent le président et son gouvernement me paraissent tellement attendues qu’elles brilleraient plutôt par leur banalité : la droite, les commentateurs que dénonce Joffrin, pense que la politique de François Hollande n’est pas la bonne, que de nouveaux prélèvements seront contre-productifs, et que le bon choix consisterait à réduire les dépenses.

C’est une opinion légitime. Je ne vois pas en quoi elle est convulsive.°Par exemple, le directeur du Nouvel Observateur estime que la hausse d’impôt est du civisme ; je crois que c’est une erreur. Son argument est moral, le mien pratique. Est-ce, comme il l’écrit encore, un « réflexe de classe » qui nous sépare ?

Autre exemple : j’écris depuis juillet que si le gouvernement persiste dans ses projets fiscaux, la croissance sera égale à zéro l’an prochain. Bon économiste ou mauvais Français ? J’aimerais lui rappeler que le chancelier social-démocrate Schrôder, qui sert de modèle à la gauche actuellement au pouvoir en France, a commencé son fameux Agenda 2010 en baissant les impôts. Que le premier ministre espagnol en fait autant, que Mario Monti vient de s’y engager, que David Cameron n’en démord pas. Il est vrai que c’est un affreux conservateur, mais tout de même, est-ce le fruit d’un complot si la politique des socialistes français est aujourd’hui la seule de son espèce en Europe ?

Le deuxième reproche de Laurent Joffrin porte sur l’accusation d’amateurisme suscitée parles ratés du gouvernement. Je le tiens pour plus vif que le premier. C’est parce que les débuts sont cafouilleux, que les sondages sont mauvais, qu’il faut prêter à l’opposition un comportement de classe, des réflexes égoïstes et du mépris pour ses adversaires. Disqualifiez le critique, vous ferez oublier la critique. Alors ce n’est pas la gauche qui s’y prend mal, c’est la droite qui défend son pognon. Ce n’est pas le premier ministre qui manque de présence, ce sont les commentateurs qui se livrent à une chasse à l’homme. Faut-il qu’ils soient mauvais, ces débuts, pour que les partisans les plus intelligents de François Hollande en soient déjà là ! Mitterrand, à qui je rapportais la blague du Quotidien de Paris, était plus malin :11 l’avait trouvée bonne et attendit trois ans, c’est-à-dire la faillite du gouvernement Mauroy, pour la ressortir en dénonçant la morgue de la droite d’argent. Pour le reste, j’aurais aimé terminer par un compliment au président, par exemple après son communiqué sur la manifestation du FLN en 1961 à Paris. Ce qu’il dit est exact, donc il a raison de le dire, mais écrit comme ça, sans explication ni contexte, ça passera pour une bonne manière faite au gouvernement algérien qui, lui, ne nous en fera pas.

Répondre à cet article