Madame Marine Le Pen.

Jeudi 10 mai 2012 // La France

La candidate du Front national Marine Le Pen

Le programme présidentiel, MAIS PARTIEL de Marine Le Pen s’articule autour de plusieurs grands thèmes : sortie de l’euro, réduction drastique de l’immigration légale, lutte contre les fraudes, ou aides au PME-PMI. La présidente du Front national aura été l’une des premières prétendantes à l’Élysée à dévoiler précisément le contenu de son programme. Ses mesures avaient été affichées lors de la présentation du chiffrage de son projet présidentiel, le 12 janvier. Voici les principales.

Sortie de l’euro

Progressivement, la France ramènerait à zéro sa contribution nette au budget de l’UE. Marine Le Pen avance un gain pour la France de 11,7 milliards d’euros sur cinq ans. Le FN évalue à 107 milliards d’euros supplémentaires l’impact sur la dette d’une sortie de la zone euro.

Diminution drastique de l’immigration légale

Le Front national veut gagner 40,8 milliards d’euros sur cinq ans en faisant passer l’immigration légale de 200.000 à 10.000 personnes par an. Le parti d’extrême droite précise évaluer le coût de l’immigration à 70 milliards d’euros par an.

Dette

Pour venir à bout de la dette, le FN veut relancer « la planche à billets », de 100 milliards d’euros par an. Le retour à l’équilibre budgétaire est fixé en 2018. Viennent s’ajouter des économies progressives sur les « mauvaises dépenses » de budget -entre 5 et 70 milliards par an- et « une opération de francisation ou nationalisation de la dette publique » pour un volume attendu de 50 milliards d’euros par an.

Budget

Marine Le Pen prône une augmentation "raisonnable" des dépenses sur le quinquennat. Sont concernées la justice (+ 8,5 milliards d’euros sur cinq ans), la sécurité (+ 1,2 milliard d’euros sur cinq ans), la santé (+ 15,3 milliards d’euros sur cinq ans), la recherche (+ 32 milliards d’euros sur cinq ans), la famille (+ 32,4 milliards sur cinq ans avec notamment la création d’un revenu parental équivalent à 80% du SMIC pendant trois ans), ou encore l’agriculture (+ 8,3 milliards d’euros sur cinq ans).

Pouvoir d’achat

Marine Le Pen table sur une augmentation de 64,6 milliards d’euros sur cinq ans du pouvoir d’achat des Français, avec une exonération de 200 euros sur les charges sociales pour tous les salaires inférieurs à 1,4 fois le SMIC, soit environ 1.500 euros nets par mois. Cette exonération serait notamment financée par une taxe sur les importations à hauteur de 3%. La ré-instauration de frontières économiques rapporterait, quant à elle, 115 milliards d’euros sur cinq ans.

Aides au PME-PMI

Les 50 plus grandes entreprises françaises seront mises à contribution et devront affecter 15% de leur résultat net en réserve spéciale de ré industrialisation. Ces sommes seront restituées au bout de cinq ans.

Lutte contre les fraudes

La lutte contre les fraudes sociales et fiscales permettrait, selon les calculs du FN, de faire respectivement gagner à l’État français 25,1 milliards et 42,1 milliards d’euros sur cinq ans. Toujours au plan fiscal, Marine Le Pen veut taxer à 46% les revenus au-dessus d’un million d’euros par an. En outre, les entreprises qui versent plus d’un million d’euros de salaires ne pourront pas déduire ces salaires de leurs bénéfices.

Avoir la majorité à l’assemblée Nationale

Seule une alliance avec la droite nationale peut permettre à l’ancienne majorité de promouvoir une cohabitation. Si les responsables U M P sont stupides pour refuser toute alliance avec MARINE, cela démontrera que la droite Parlementaire Française est la plus bête du monde. La gauche s’affiche avec des Trotskistes ; Trotski ce criminel qui massacra avec Staline et Lénine plus de 80 Millions de Russes.

Marine n’est pas Jean-Marie, si son père était un odieux personnage, ce n’est pas le cas de sa fille ; Cette dernière est profondément démocrate,elle est convaincue de la réalité des valeurs dites républicaines.

Je reste contre la sortie de l’Euro. Ce serait catastrophique si nous quittions la Zone EURO. Pour le reste je suis pour un accord U M P – BLEU MARINE.

Répondre à cet article