Londres et Washington redoutent des actes terroristes.

Vendredi 20 juin 2014 // Le Monde


Ville de Nairobi après l’explosion d’une bombe.

Le ministère britannique des Affaires étrangères, par l’intermédiaire du Haut commissariat britannique, à Nairobi, a émis, mercredi 14 mai, un avis de voyage, à ses ressortissants, contre des visites, dans certaines parties du Kenya, y compris, Nairobi, Mombasa et d’autres zones de la côte, près de la Somalie.

Cet avis de voyage, pour les vacanciers, au Kenya, fait suite, à une attaque, à la grenade, dans la ville côtière de Mombasa, et à Nairobi, le mois dernier.

Les autorités britanniques ont mis, en garde, contre tout, sauf des voyages importants vers des zones situées, à 60 km de la frontière, entre le Kenya et la Somalie ; Kiwayu et les zones côtières de l’île de Pate et le district de Garissa, dans le Nord du Kenya.

Plus de 5000 Britanniques ont, également, été invités à faire preuve de prudence, lors de leur visite, au quartier résidentiel d’Eastleigh, à Nairobi, les zones à faible revenu de Nairobi, y compris, toute zone canton ou bidonville, île de Mombasa, et à 5 km de la côte de Mtwapa, dans le Nord et de Tiwi dans le Sud.

La Grande-Bretagne a déclaré qu’il y a une forte menace de terrorisme, y compris, des enlèvements, citant deux engins explosifs qui ont été enclenchés sur des autobus voyageant hors de Nairobi, le 4 mai, et qui ont fait, au moins, un mort et de nombreux blessés. Selon le ministère des Affaires étrangères, des attaques terroristes peuvent cibler les bâtiments officiels tels que les bureaux du gouvernement et le personnel ou les installations d’application de la loi, mais, peuvent, aussi, être indiscriminées.

Des attaques peuvent se produire dans des lieux fréquentés par les étrangers comme des hôtels, des bars, des restaurants, des discothèques, des supermarchés, des bus, des centres commerciaux et des plages. Les attaques ont, auparavant, ciblé les lieux de culte comme des églises et des mosquées. De son côté, l’ambassade des Etats-Unis, à Nairobi, a demandé, samedi 17 mai, aux gouvernements Kenyan et américain, de déployer des services de sécurité supplémentaires, face à l’augmentation des menaces terroristes, dans le pays.

Selon l’ambassadeur des Etats-Unis, au Kenya, Robert Godec, la représentation diplomatique américaine, à Nairobi, est en train de réduire le nombre de ses personnels, en raison, de la montée des menaces terroristes, au Kenya, alors que, Washington a condamné les deux attentats, du vendredi 16 mars, qui ont fait, au moins, 10 morts et plus de 70 blessés.

La situation de sécurité, au Kenya, s’est détériorée au cours des 18 derniers mois, avec la multiplication des violences, y compris, des fusillades, des attaques à la grenade, ou d’autres dispositifs explosifs. Plus de 100 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées dans les attaques, dont la moitié, dans la région du Nord-Est du Kenya, proche de la Somalie.

Répondre à cet article