Les hommes valets du progrés déviant.

Mercredi 15 mai 2013 // La France

www.innovation-democratique.org

Certains progrès d’aujourd’hui aux effets contestables, sont à l’origine de dégâts considérables que doivent supporter les personnes et leur environnement.

Citons quelques exemples :

  • Des produits pharmaceutiques dont quelques-uns jugés douteux, agrès avoir rempli de leurs excédents nos tiroirs, sont dispersés dans les sols, les eaux et l’air. Le progrès, avec l’appui des lobbies, nie les conséquences sur la santé des hommes et de leur environnement.
  • Quant aux pesticides, il serait bien difficile d’énumérer tous leurs méfaits. Comme précédemment, pas question de réduire la liste de ces poisons. Le lobby de l’agrochimie veille !

Que penser du mercure qui détruit rapidement la mémoire et engendre bien d’autres malfaisances. La sonnette tirée par des scientifiques compétents, n’est pas entendue par les autorités sanitaires qui ne jugent pas urgent d’interdire les amalgames dentaire ; faut ajouter les risques d’origine alimentaire. Là encore, la priorité est accordée à la défense des intérêts économiques des agriculteurs de l’industrie alimentaire, de préférence à la santé. Citons aussi les farines animales fournies par des animaux malades et avalées par des vaches devenues carnivores.

Surtout n’oublions pas les méfaits engendrés par l’invasion technologique avec, en tête, le téléphone portable qui utilisé démesurément, augmente les risques de cancers crâniens et d’autres atteintes à la santé. Malgré tout, l’organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu’il n’a pas été prouvé que l’utilisation du portable était dangereuse pour la santé.

Citons les OGM dont la nocivité est reconnue par des scientifiques notoires et par l’Autorité Européenne de sécurité alimentaire. Mais les industriels très vigilants contestent les affirmations négatives des spécialistes pourtant neutres.

Quant aux nanotechnologies, la caste des milliardaires étant intouchable, les politiques ne veulent surtout pas gêner les moteurs du profit. Profits de la rentabilité sur la vie des hommes ! Nous pourrions énumérer bien d’autres progrès néfastes qui, comme l’amiante, risquent de nous conduire à des catastrophes telles que celles provoquées par un Siècle d’utilisation de ce produit. Dans le système actuel du fonctionnement des pays sous la domination du capitalisme destructif la science sérieuse est souvent obligé d’admettre les exigences de celui-ci ; Une science efficace, bien sûr, mais obéissante, contrainte de respecter les règles dictées par les mondes Politiques, financiers et industriels ! On constate qu’actuellement, il y a complicité entre les divers pouvoirs car il est impératif de lutter contre l’immobilité, l’ignorance...

Une obligation. : éviter toute interruption du progrès, qu’il soit utile où non. La santé et la vie des hommes ainsi que l’état de notre environnement ne seraient-ils que des accessoires au service des progrès permanent même inutiles ou dangereux ? Par ailleurs le choix d’une croissance solide, et d’une compétition économique généralisée, serait aujourd’hui inéluctable malgré des sacrifices inévitables.

Les élites des Pouvoirs politiques, financier, industriel… n’hésitent pas à affirmer que la vie sur terre va s’améliorer grâce aux progrès techniques permanents, et au soutien puissant du capitalisme. Or, les progrès majeurs d’aujourd’hui et de demain participeront à la dissolution progressive de la conscience politique et de la liberté de
pensée volée aux hommes.

Il est urgent pour les peuples de s’accaparer non seulement des richesses matérielles mais aussi du savoir et du pouvoir de décider. Il faudra des décideurs refusant les prothèses artificielles générées par les actuels progrès d’asservissement. Le monde de demain reposera plus sur les bases des biens matériels et de l’obsession pour une croissance devenue impossible à cause des excès goulus de notre monde vendu à l’industrie du profit. Le monde de demain se construira sur le respect des hommes et, de la nature, sur le partage, sur une solidarité retrouvée, sur la démocratie, sur des progrès seulement utiles et durables…

L’Homme ne sera plus le valet des progrès imposés et envahissants. Il fera partie du groupe des décideurs, initiateurs des seuls progrès bienfaiteurs facilitant la vie quotidienne des hommes dans un climat serein.

Répondre à cet article