La France Catholique.

Les Poissons Roses demandent un signal !

Mercredi 9 mai 2012 // La Religion

Drapeau de FranceA l’issue d’un premier tour serré mais qui a prouvé le désir de changement des Français, alors que François Hollande assure que « l’humain doit inspirer tous nos choix », le courant des Poissons Roses, mouvement politique de gauche fondé par des personnes aux engagements divers, appelle le candidat du PS à traduire en actes cette promesse.

« Nous reconnaissons de nombreuses qualités à François Hollande : une constance dans le discours, une volonté d’apaisement et d’unité, un sens de l’humour qui sera essentiel dans les mois qui viennent pour dérider notre pessimisme et nous redonner confiance », déclare Philippe de Roux, entrepreneur, co-directeur d’une ONG et membre fondateur des Poissons Roses. Ces derniers jours, le mouvement a salué le calendrier des 35 mesures orientées en priorité sur la résolution de la crise économique. « Il faut d’abord s’attaquer aux problèmes qui touchent massivement les Français, susciter un nouveau Bretton Woods à la rentrée », appuie-t-il.

Mais qu’en est-il de l’éthique sociale ? Pour les Poissons Roses, tout est lié.

Quand le poison de l’idéologie libérale a liquéfié l’économie, introduit une injustice sans précédent entre les citoyens, tout en contribuant à l’éclatement d’un très grand nombre de familles, l’antidote doit être global. Les Poissons Roses auraient envie de voir François Hollande les représenter, mais ils veulent aussi un signal clair.

A leurs yeux, le candidat du PS a tout à gagner en ouvrant un débat fraternel sur ces sujets, surtout si cela contribue à unifier les Français, à les « rassembler » selon ses vœux. « Peut-il engager des réformes sociétales à la va-vite, au risque d’engendrer des injustices, en mettant en péril le nécessaire rassemblement de tout nos concitoyens ? », s’interroge ainsi Nestor Dosso, autre membre fondateur.

« N’est-il élu que pour distribuer des droits en ces temps de crise ? Comment peut-il contribuer à renouer les fils rompus de la confiance, à créer du lien, du « social », justement parce qu’il est socialiste ? »

« Avant de nous prononcer, nous voulons que les voix des électeurs de gauche que nous sommes soient entendues. C’est aussi une des clés de l’élection. De très nombreuses personnes se retrouvent dans notre démarche. Un message fort et clair décuplerait notre enthousiasme et notre goût de l’engagement ! »

Les Poissons Roses, qui travaillent sur leur projet depuis 2011 avec l’aide de médecins, philosophes, économistes, entrepreneurs, théologiens et hommes politiques veulent promouvoir la justice sociale, un modèle économique plus sobre, fondé sur la notion de réussite collective au-delà du matérialisme, et mettre en avant des propositions dans le domaine de l’éthique sociale afin d’éclairer la liberté de conscience et de protéger la dignité de chacun.

Ce mouvement se fonde sur une vision de l’homme qui s’épanouit lorsqu’il est relié de manière solidaire, avec une attention spéciale aux plus vulnérables portée par une volonté réelle de prise de parole et de transformation sociale. Pour les Poissons Roses, le progrès en politique se mesure à cette capacité de relier toujours davantage les personnes, en veillant à ne jamais exclure, afin de bâtir une société de la confiance.

Philippe de Roux - Nestor Dosso - Chantal Hamy
http://www.france-catholique.fr/Le-...
http://www.france-catholique.fr/Les...
http://www.france-catholique.fr/LE-...
Autres articles

14 Messages de forum

25 avril 20:59, par GUERMOND Guy

Cette démarche m’intrigue autant qu’elle m’inquiète dans la mesure où elle énonce des contre-vérités bien pensantes. C’est désolant.

25 avril 21:04, par Jean-michel

Je suis un peu surpris par la tonalité de vos articles actuellement.
Le poids dans la dépense publique en France atteint 56%.
La France possède un système social parmi les plus généreux du monde.
Le principal tort des derniers gouvernements (et pas que celui de Fillon) est de ne pas avoir réduit la dépense publique, de ne pas avoir créé davantage d’incitations à l’activité.
L’équation est simple. Plus de solidarité aujourd’hui = plus de pauvreté demain
Il s’agit de créer les conditions d’une vraie croissance, une croissance fondée sur l’innovation, la création d’entreprises, l’amélioration du fonctionnement des administrations.
L’Etat doit créer de la stabilité réglementaire et s’assurer que les grandes entreprises ne maltraitent pas les petites par leur puissance.

L’Etat n’est pas la solution à tous les problèmes.
Pour finir, il ne faudrait pas oublier que François Hollande défend des positions innaceptables du point de vue catholique : l’euthanasie et le droit à l’adoption et la fécondation médicalement assistée pour les couples homosexuels.
N’ouvrons pas la boite de Pandore pour de mauvaises raisons

25 avril 21:06, par Bruno ANEL

Génial ! Enfin des gens qui veulent faire bouger les lignes.

25 avril 21:08, par BARNERIAS Jean-François

il faut se représenter ce que signifie L’éventuelle élection de François Hollande :
Au-delà de la présidence de la République, la Gauche aura tous les pouvoirs : Assemblée Nationale, Sénat, toutes les régions de France ( sauf l’Alsace), les trois quarts des départements, toutes les grandes villes, sauf deux (Bordeaux st Marseille), la majorité des grands medias (le quatrième pouvoir qui ne se prive pas de médire et calomnier), les syndicats des principaux ministères (voir Education Nationale ), La mentalité des milieux dits culturels ( la chappe du politiquement correct va encore être plus lourde)

Bien sûr il faut prudemment protéger le pouvoir d’achat et ensuite le faire croître, mais, d’après le plan de F. Hollande, Le budget reposera uniquement sur l’impôt en oubliant les nécessaires économies pour de nouveau accroitre les dépenses de l’ETAT( embauche de fonctionnaires) et remettre en cause la réforme des retraites si péniblement mises en place. On ira vers l’accroissement de la dette de l’Etat et « l’explosion en vol ».
Sur le plan sociétal grand appel d’air pour l’immigration sans contrôle, droit de vote à tous les étrangers dans les élections locales, « repentances » à sens unique, légalisation des drogues dites « douces », légalisation de l’euthanasie( de préférence aux soins palliatifs), droit au mariage et à l’adoption pour les homosexuels et remise en cause du quotient familial. La famille composée d’un homme et d’une femme, qui est le meilleur abri et soutien de tous, est le plus souvent absente des réflexions à gauche et dans la culture dominante.

En plus il faut s’attendre à la pression constante de l’extrème gauche qui ne laissera au gouvernement aucun répit pour aller au bout de ce qu’il a fait miroiter.
Dans cette perspective refuser à Sarkozy pour une sorte d’incompatilité d’humeur ou de caractère une voix qu’on lui avait accordé en 2007 manque de sens.
Ce serait se grandir de s’en rendre compte à temps pour éviter ensuite une peine amère.

25 avril 21:10, par Titi

Où voulez vous en venir ?

25 avril 21:15, par Henri

j’aimerais que les poissons rouges répendent aux question posées par trois prêtres romains. Est-ce trop leur demander, sans se défausser. "Il est nécessaire d’établir ce qu’un catholique doit connaître et savoir pour mieux le défendre dans sa pratique. Il est clair qu’il doit refuser toute forme de collectivisme marxiste, qu’il soit radical ou présenté de manière édulcorée. Si ce point est évident pour tout catholique conséquent, il faut également souligner que, dans les circonstances présentes, les programmes des candidats qui demeurent en lice en vue de l’élection présidentielle sont à examiner attentivement d’après les exigences du Bien Commun et de la loi naturelle. Or, de manière patente, l’un des programmes proposés, porté par le candidat socialiste, démontre une volonté évidente de rupture avec les éléments premiers du Droit Naturel ; les conséquences de l’application d’un tel programme seraient dramatiques pour la vie quotidienne comme pour l’avenir des Français.

Le respect de la vie, déjà fort malmené, va totalement disparaître : avortement et euthanasie, manipulations et expériences diverses sur l’embryon : non seulement leur autorisation sera plus largement étendue, mais il est clair que tout sera fait par voie d’autorité pour formater les consciences dans la « culture de mort ».

De même pour la famille : le programme socialiste établit clairement la fin de la famille naturelle par l’acceptation de l’union homosexuelle et l’adoption des enfants par les tenants de ce genre d’union ; sans oublier le projet de scolarisation obligatoire des enfants dès l’âge de 3 ans, manifestant implicitement la volonté de réduire et faire disparaître peu à peu la responsabilité essentielle des parents vis-à-vis de leurs enfants. Dans la même ligne, les parents seront impuissants pour contrer « l’éducation sexuelle » imposée à leurs petits.

Quant à l’école, seront tués dans l’œuf tous les efforts consentis ces dernières années pour proposer aux familles des écoles dignes de ce nom : les écoles hors contrat peuvent légitimement s’inquiéter de leur avenir. Elles seront sinon interdites, du moins asphyxiées financièrement par le retrait des avantages fiscaux pour leurs bienfaiteurs. Ces points essentiels ne peuvent être soumis à un quelconque marchandage, car ils sont l’expression même de la Loi Naturelle dont dépend le Bien Commun de la société.

A travers le vote, chacun doit exprimer dans la liberté sa responsabilité. Mais cette liberté n’est véritable que dans le respect des points soulignés ci-dessus, car ils engagent l’avenir de notre patrie comme de chacun de nous. "

Répondre à cet article