La vie méconnue de Jésus.

Par Christian Makarian

Lundi 21 avril 2014 // La Religion

La vie méconnue de                      Jésus
Détail de la Cène de Giotto di Bondone.
The ART ARCHIVE/SCROVEGNI CHAPEL PADUA / ALFREDO DAGLI ORTI / AFP

Etait-il le "bon berger", celui qui faisait paître ses brebis dans de verts pâturages et qui laissait tout pour sauver une seule d’entre elles ? N’était-il pas davantage un révolté qui rêvait de renverser l’ordre établi, de mettre fin à la domination romaine et de chasser du Temple de Jérusalem la caste des grands prêtres ? Sera-t-il jamais une figure paisible, sacralisée par l’aspiration à la paix d’un monde en furie, l’incarnation d’un Dieu réconcilié avec le genre humain, l’inventeur insurpassable du message d’amour ? 

Un livre - Le Zélote. La vie et l’époque de Jésus de Nazareth (Arènes) - vient brusquement remettre en question la figure apaisante, fraternelle, universelle, du Christ et rallume une ancienne polémique en offrant une lecture inattendue et très actuelle de la vie de Jésus. Son auteur, Reza Aslan, est un musulman chiite d’origine iranienne, qui s’est passionné pour le christianisme en suivant d’abord la formation littéraliste des évangélistes américains, avant de s’en séparer pour retourner à la foi de ses origines. 

N°1 des ventes aux Etats-Unis

En peu de temps, son ouvrage est devenu n° 1 des ventes de livres aux Etats-Unis, puis best-seller dans 25pays. Grâce à une thèse qui, sans être résolument nouvelle, soulève de bonnes questions auxquelles il faut apporter des réponses claires. Pour Aslan, Jésus est avant tout un juif qui s’inscrivait pleinement dans son temps, le Ier siècle de l’ère définie par sa naissance, qui cherchait à relier sa parole et son action au message des grands prophètes (Elie, Elisée, Michée, Amos, Isaïe, Jérémie...), tous convaincus que Dieu viendrait un jour libérer Israël. "Comme les zélotes, estime l’auteur, il [Jésus] reconnaissait que le règne de Dieu n’exigeait pas simplement une transformation intérieure tendant à la justice et à la rectitude, mais un retournement complet de l’ordre politique, religieux et économique de la période". 

Un contenu politique affirmé

Partant, la réinterprétation que propose Aslan consiste à oublier tout ce qu’enseigne le catéchisme traditionnel pour laisser surgir sous les mêmes mots un autre texte, profondément corrosif et au contenu politique affirmé. Ce qui le conduit très loin, notamment à faire de l’homme de Nazareth un véritable leader révolutionnaire qui applique un principe implacable : "Le règne de Dieu ne peut être installé sans l’anéantissement des dirigeants en place." Il n’est pas jusqu’aux Béatitudes, ces promesses splendides - au nombre de huit dans l’Evangile de Matthieu - faites aux démunis ("Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux. [...] Heureux les affligés, car ils seront consolés"), qui ne soient réinterprétées dans le sens d’un programme résolument politique. Ce Jésus-là prend facilement les traits d’un Mahomet, chef de guerre, interprétation dont les chrétiens ne sauraient s’offusquer, puisque, contrairement à l’islam, la foi chrétienne ne consiste pas en une récitation de la seule version autorisée.

Qui étaient ces zélotes auxquels Aslan veut rattacher Jésus ? A proprement parler, leur existence historique n’est documentée que dans la décennie 60, phase de troubles intenses, soit bien après la mort de Jésus. Leur révolte va entrer dans l’Histoire en provoquant par mesure de rétorsion un événement catastrophique et irréversible, la destruction, en 70, du Temple de Jérusalem par les Romains sur ordre de l’empereur Titus. L’historien juif Flavius Josèphe, auquel on doit en grande partie la connaissance de ce mouvement (dont il était l’adversaire), les présente comme un quatrième parti au sein du monde juif de l’Antiquité. Les sadducéens constituent la classe sacerdotale supérieure, dotée de tous les privilèges ; ils négocient leur position avec les Romains, qui s’appuient sur eux. Les esséniens, à l’opposé, abritent le courant puriste, retiré de la cité, isolé dans le dépouillement du désert et concentré sur ses rites parfois presque ésotériques. Les pharisiens, eux, représentent la classe moyenne des villes, se préoccupent de l’application des principes de la Torah (les cinq premiers livres de la Bible ou Pentateuque) dans la vie quotidienne, ce qui se traduit par le développement d’une véritable loi orale et par la contestation des prérogatives que préservent jalousement les sadducéens. 

"Un accès de fièvre" comparable à la Révolution française

Les pharisiens (dont l’apôtre Paul était un parfait représentant jusqu’à sa conversion sur le chemin de Damas) donneront naissance, après la dispersion du peuple juif, au judaïsme rabbinique qui se confond jusqu’à nos jours avec le destin du peuple juif. Dans ce paysage en pleine accélération dramatique, les zélotes (du grec zêlotai, traduction de l’hébreu qanna’im, qui signifie "zélés") se réclament de grands personnages bibliques, justiciers et réformateurs intransigeants. Proches d’une définition de la foi qui est aussi celle des pharisiens, ils se distinguent de ces derniers par leurs méthodes d’action, radicales voire fanatiques, car ils combattent activement les Romains et considèrent que la détermination guerrière la plus absolue est un moyen de précipiter l’avènement du Messie. En 66, un sacrifice païen effectué devant la synagogue de Césarée sert d’étincelle à la révolte juive, qui s’étend à Jérusalem. Les zélotes, qui parviennent à rassembler leurs compatriotes, infligent une sévère défaite à la XIIe légion romaine et prennent temporairement le contrôle de la Ville sainte. Le philosophe et historien Ernest Renan assimilera ce soulèvement à "un accès de fièvre qu’on ne peut comparer qu’à celui qui saisit la France durant la Révolution". La réplique romaine sera effroyable et se soldera par la destruction complète du Temple et la dissémination des juifs.

C’est donc à ce courant extrémiste que Reza Aslan veut faire adhérer Jésus, en s’appuyant sur de nombreux indices, effectivement troublants, mais en empruntant un chemin biographique qui ne manquera pas d’être critiqué (voir l’interview du frère Olivier-Thomas Venard, page 58). Certaines des paroles du Christ restent jusqu’à ce jour mystérieuses, voire dérangeantes : "N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre. Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive." Mais le choix d’Aslan, qui consiste à se passer de l’interprétation spirituelle pour en rester au mot à mot, produit des effets de distorsion. Pour les chrétiens, cette parole à consonance guerrière est la définition même du combat intérieur, du déchirement des âmes semblable à celui que produirait une lame. La suite de ce passage suffit à la montrer : "Car je suis venu opposer l’homme à son père, la fille à sa mère et la bru à sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa famille" (Matthieu X, 35-36). Il n’y a là rien qui s’apparente à une guerre, mais tout d’un conflit sur la foi qui divisera, en effet, le monde juif d’une maison à l’autre et séparera douloureusement les chrétiens et les juifs. Sinon, pourquoi Jésus aurait-il dit à ses disciples : "Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups" (MatthieuX,16) ? 

Disciples zélotes

Plus solide est la mention, dans l’entourage de Jésus, de certains disciples qui présentent toutes les caractéristiques des zélotes, Simon le Zélote et Judas Iscariote, mais leur appartenance semble, en l’occurrence, clairement assumée par les Evangiles. Dans un autre livre récemment paru, Jésus (Seuil), le théologien suisse Hans Küng, camarade d’études d’un certain Joseph Ratzinger, rappelle fort utilement que "Jésus est en personne le programme du christianisme". C’est pourquoi il y aura encore de nombreuses polémiques sur la vie méconnue de Jésus, sur ses paroles énigmatiques, sur ses années de silence... Blaise Pascal a résumé au mieux le débat, qui ne s’éteindra pas : "Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que de voir, et assez d’obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire." Le christianisme poursuit sa course, tant il est vrai qu’il est fondé sur la liberté de chacun et qu’à ce titre il demeure tout aussi subversif après deux millénaires. 

Répondre à cet article