La rentrée des élèves : Où (suite) ?

Samedi 8 septembre 2012 // La France

La rentrée des élèves : Où ?

Dans une France courageuse, responsable de ses devoirs vis-à-vis d’une population qu’elle a colonisée, une population qui ne demande qu’à apprendre notre langue et à connaître notre culture trop souvent galvaudée par une Éducation Nationale qui occulte la réalité de notre passé.

C’est à Albi dans la Province de Midi-Pyrénées, qu’a été prise cette photo.

Une France multiculturelle, pourquoi pas ! Mais une France qui n’accepte pas des cultures venues d’ailleurs dans la mesure où certaines ne sont que le reflet d’une barbarie. Cette barbarie en provenance des milieux intégristes musulmans est inacceptable et doit-être pourchassé.

L’immigration est utile, encore faut-il qu’elle s’intègre à nos valeurs et à notre culture chrétienne. Ce n’est pas à nous, Français, d’accepter la culture des immigrés, c’est à eux de s’adapter à la nôtre.

La France est une des plus anciennes Nations du monde. Nous n’avions qu’une parcelle de territoire lorsque Clovis 1er premier roi Franc chrétien (466-511) monta sur le Trône, ses successeurs à commencer par Charlemagne et surtout en 987 lorsque Hugues Capet premier Souverain à faire prévaloir son héritage, et sa succession par ordre de primogéniture... A partir de cette date la « construction de la France pouvait commencer ».

Ce droit implicite de respecter l’ordre de primogéniture permis aux Rois Capétiens de bâtir une France t’elle qu’elle est aujourd’hui, avec ses frontières. C’est la Royauté qui a construit notre Patrie, une Nation qui reçoit la visite de plus de 80 millions de touristes chaque année. Notre splendide héritage culturel, nous le devons à nos illustres Monarques. La France est le Pays le plus visité au monde.

Aujourd’hui, des immigrés venant d’Afrique du Nord, ou de l’Afrique Sud Saharienne commettent des actes criminels, souvent ils tuent, et vendent de la drogue.

Chez-nous, ils doivent respecter notre façon de vivre, nous ne pouvons que regretter la passivité de certains responsables politiques qui restent inactif face à de jeunes immigrés qui transforment nos villes en champ de bataille, voire en champ de guerre et organisent des ventes de drogue du Sud au nord, et de l’Est à l’Ouest.

Nos enfants, ceux de France, et d’Europe ne veulent point vivre sous les menaces de voyous qui n’ont rien à faire chez-nous.

Ne ne devons pas, accepter le délitement de la Patrie.

Photo prise par La Dépèche du Midi.

Répondre à cet article