LA FIFA, MIROIR DE NOTRE MONDE

Vendredi 28 août 2015 // Le Monde

www.innovation-democratique.org

Nous vivons dans un monde de plus en plus judiciarisé dans lequel le droit anglo-saxon et la justice américaine s’imposent de plus en plus comme des normes universelles. C’est la principale leçon du « fifagate », cette crise qui secoue la Fédération Internationale de Football.

La crise de la Fifa résume notre monde, beaucoup plus qu’on ne l’imagine et au-delà du côté anecdotique de la crise actuelle. Tout d’abord, constatons que l’on a affaire, avec le football, à une véritable religion, la seule véritablement universelle. Le scandale n’est pas seulement une affaire de corruption, mais il est perçu dans l’opinion comme un sacrilège, comme un crime simoniaque. D’où son retentissement et le danger que l’indignation moralisante l’emporte sur l’analyse d’une très intéressante organisation.

La Fifa réunit 209 fédérations nationales, regroupées en six confédérations continentales. Elle comporte un ensemble de conseils, de secrétariats, de commissions et d’organismes divers. De ce point de vue, sa structure n’est comparable qu’à l’Onu. Elle représente l’un des aspects de la réalité internationale, toujours fondée, quoi qu’on veuille, sur les Etats-nations et leurs émanations.

En effet, dans ce système, toutes les fédérations pèsent le même poids en matière de votes : comme beaucoup sont minuscules et dépendent entièrement des subventions de la Fifa, il est tentant pour les dirigeants de celle-ci de se faire élire - ou réélire - en se constituant une majorité à coups de largesses... En d’autres termes : grâce à des subventions parfaitement autorisées et assumées par le système. C’est un processus électoral de type démocratique bien connu. Laissons de côté le problème d’éventuels faits de corruption. Dans l’absolu, ne faut-il pas préférer des actes individuels de corruption illégale à un système généralisé de corruption institutionnelle ?

Bien entendu, une élection à telle ou telle instance de la Fifa comporte toute une série d’avantages personnels et de carrière, parfaitement statutaires, que l’on retrouve dans toutes les grandes organisations internationales. On en pense ce que l’on veut, mais il n’y a là rien d’illégal. Le problème commence ensuite, quand il s’agit de décider où se tiendra la prochaine coupe du monde, comment les droits télévisés seront répartis, etc.. Avec un revenu de plus de cinq milliards d’euros pour la période 2011-2014, provenant des grandes sociétés sponsorisant la Fifa et de la vente des droits de retransmission, on comprend l’importance des enjeux. Or, en 2010, le comité exécutif a pris une série de décisions qui ont étonné : il a attribué d’un coup l’organisation des deux coupes du monde de 2018 et 2022, ce qui déroge à la procédure habituelle. Si la coupe de 2018 revient à la Russie, ce qui peut se justifier, celle de 2022 aura lieu au Qatar. Un choix des plus surprenants : ce micro-État est peu important du point de vue footballistique. Pire, le climat y interdit des matchs l’été, obligeant de les organiser en hiver. Conséquence directe : le calendrier des rencontres des pays membres s’en trouvera totalement bouleversé. Ce sont les soupçons de corruption suscités par cette double décision qui vont déclencher l’avalanche judiciaire que l’on connaît.

PAS DE CONSEIL DE SÉCURITÉ À LA FIFA

S’il n’est pas utile d’ajouter de commentaires sur l’enquête en elle-même, il faut souligner que l’Onu, fort critiquée et souvent critiquable, possède une supériorité sur la Fifa : l’existence du Conseil de sécurité et de ses membres permanents. Il s’agit là de puissances efficientes, aux responsabilités mondiales, qui se tiennent au-dessus des jeux de pression et d’influence, qu’ils soient internes ou externes. Certes, le droit de veto des membres permanents bloque souvent le système, mais ceux qui préconisent de le supprimer ou de le limiter accorderaient du coup plus de pouvoir à l’ensemble fort composite des pays membres de l’Onu, ce qui risquerait de conduire exactement à la même crise que celle de la Fifa. Voilà pourquoi cette dernière nous en dit tant sur l’évolution d’un monde pris entre mondialisation et résilience de l’État-nation.

Par ailleurs, dans ce que les médias ont appelé le « fifagate », le coup d’envoi est venu du ministère de la Justice américain, qui s’attribue de plus en plus une compétence universelle. C’est à sa demande qu’ont été interpellées quatorze personnes à Zurich, deux jours avant la réélection du président de la Fifa, Sepp Blatter. Sans compter l’ouverture d’autres instructions frappant des dirigeants importants. Tout l’objet de l’enquête est de déterminer les modalités de l’attribution des coupes du monde de 2018 et 2022. Les procédures, qui ne respectent pas, semble-il, les droits de la défense ont fait l’objet de critiques. Retenons deux choses : l’un des membres de la commission d’éthique de la Fifa est l’ancien procureur général de New York... et sa femme est employée par le FBI Au-delà de l’anecdote, on constate surtout que des crimes de la seconde guerre mondiale au secret bancaire suisse et aux opérations des banques étrangères, la justice américaine, derrière des prétextes juridiques spécieux et maniant la menace de rétorsions économiques (interdiction d’exercer aux États-Unis, refus d’autoriser de se porter candidat à certains marchés publics, etc..) se constitue en instance juridique mondiale.

Dans cette affaire, personne n’est forcé de partager le soupçon immédiatement exprimé par le président Poutine : les États-Unis auraient déclenché l’affaire pour remettre en cause l’attribution de la coupe du monde de 2018 à la Russie...

EXTENSION DE L’INTERVENTIONISME AMÉRICAIN

Mais il ne se trouve aucune obligation non plus de partager la satisfaction béate de ceux qui pensent que seuls les États-Unis sont capables d’apporter un peu d’ordre et de justice dans la jungle mondiale, argument majeur distillé lors de cette crise de la Fifa. Cette question de l’extension à l’étranger de l’action de la justice américaine est pourtant capitale, quoique peu perçue ou passée sous silence. Le scandale de la Fifa rejoint ici la question de l’Accord de Partenariat transatlantique, en cours de négociation entre les États-Unis et la Commission de Bruxelles. En effet, si le traité est conclu, les acteurs économiques deviendraient indépendants des États et même de la Commission : toute modification ultérieure de l’accord pourrait être attaquée par eux devant les tribunaux. Ceux-ci et, au premier rang bien sûr, les tribunaux américains - rappelons qu’il existe un seul système judiciaire américain, contre 28 en Europe : tout le monde introduirait son affaire aux États-Unis... deviendraient l’instance de régulation essentielle d’un commerce transatlantique devenu, comme tant de secteurs de la vie occidentale, complètement judiciarisé et selon les normes juridiques américaines, fort différentes de celles de l’Europe. La question de la crise de la Fifa nous entraîne ainsi bien au-delà de son objet immédiat.

Répondre à cet article