L’âge de Glace… Le “vrai” arrive !

Samedi 12 février 2011, par Rodolphe Clauteaux // Divers

Notre ami Rodolphe Clauteaux le suit à la trace.

Fin limier, il nous réchauffe toujours le cœur : « Avez-vous remarqué que les “scientifiques du GIEC”, ce groupe pluridisciplinaire chargé de nous angoisser sur le CO2 dont nous sommes responsables et le réchauffement et la montée des eaux et les maladies tropicales qu’on choppera sur la plage en Normandie… ne parlent plus de “Réchauffement Global”, ni de “Réchauffement Climatique”, mais de “Changements Climatiques”… Tout un programme. Et le meilleur moyen d’avoir raison. Car… »

Et dire que nous avons failli « perdre » Rodolphe sous des monceaux de neige !

Car, pas plus tard qu’en février 2010, une information est passée inaperçue des médias de la planète. On avait autre chose à penser, certainement. Et pourtant… Les stations météo d’Amérique du Nord, c’est-à-dire en l’occurrence des Etats-Unis et du Canada, avaient au cours de ces deux premiers mois de l’année, enregistré la plus vaste couverture neigeuse depuis 1850. Quant à l’hémisphère Nord dans sa totalité, c’était la seconde fois qu’on y trouvait autant de neige.
“On” disait changements climatiques !…
 
Ce qui fait que si réchauffement il y a, il semble ne concerner que “certaines latitudes”, les plus septentrionales, Groenland, Sibérie du Nord, Nord du Canada, Continent antarctique… Quant au “reste”, et à l’heure où sont écrite ces lignes, le 28 novembre 2010, à 13 heures, c’est-à-dire presque un mois avant l’arrivée officielle de l’hiver, au dehors, de ma fenêtre bourguignonne, il y a vingt centimètres de neige et il fait moins cinq degrés centigrades.

Alors… entre-t-on dans une nouvelle période froide, voire un nouvel Ere glaciaire ?

C’est l’opinion d’un professeur russe, le Dr. Habibullo Abdussamatov, directeur du Centre Spatial Pulkovo, de Saint-Pétersbourg.


Dr. Habibullo Abdussamatov

L’ennui, certains d’entre vous se le diront, c’est que c’est le site américain conservateur du « WorldNetDaily », qui révèle l’affaire. Cela dit, si lors d’une réunion du Front National en plein air, M. Le Pen dit qu’il pleut et ouvre son parapluie, ce ne sera pas une bonne raison pour être de gauche, que de ne pas ouvrir le sien.

Or donc, le climatologue russe Habibullo Abdussamatov calcule que l’activité solaire n’a jamais été aussi faible depuis 1990. Et que pour retrouver un Soleil aussi débile, il faut remonter au “Minimum de Munder”, qui correspond aux deux siècles du “Petit Age glaciaire” de 1650 à 1850.


La Tamise gelée… 1677

Ces hivers où la Seine et la Tamise gelaient régulièrement, où les canaux hollandais étaient en hiver des patinoires.


Anonyme d’après Brueghel Pieter I

D’ailleurs, les “éléments”, ne donnent-ils pas en ce moment raison à ce scientifique russe et pessimiste ? La faute en reviendrait à ces courants aériens extrêmement violents de très haute altitude que l’on nomme les “jet stream”.

Dès la fin octobre, ils se sont installés, avec une force colossale, dans une direction Ouest-Est. Grosso modo depuis la Virginie américaine vers le centre de la France. Mais vers le 20 novembre, ils ont pris une direction d’abord Nord, vers l’Arctique et le Groenland, et ensuite Sud, vers les Îles britannique et le Continent, à commencer par la France. Cela nous promet, si ces vents se maintiennent, un hiver glacial.

Pour le moment, en cette fin novembre, les températures en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et en Scandinavie, sont d’environ 7 degrés centigrades en dessous des “normales saisonnières”.

Les météorologues nous prévoient donc pour la fin de l’année, de lourdes chutes de neige depuis l’Est de la Péninsule scandinave, les collines anglaises, et le centre et l’Est de la France.

On voit que le changement linguistique des scientifiques du GIEC, qui sont passés dans leurs rapports avec les médias, de “réchauffement climatique” à “changements climatiques”, prend tout son sens. Il ne serait pas étonnant que d’ici quelques mois, ce même GIEC, découvre que le CO2 produit par les hommes, est la cause d’un “ Refroidissement Global ” !

Ce qui est clair, c’est que ces spéculations sur un âge glacial, ou torride, à venir, sont aussi creuses les unes que les autres. Ce qui est en revanche scientifiquement démontré, c’est que le “réchauffement” que l’on a observé, depuis les années 1880 jusqu’aux années 1995 - 98, ne fut en rien une exception.

La période médiévale, en son début, a bénéficié d’un climat très chaud, bien plus chaud qu’aujourd’hui. Et ce n’est pas l’“industrie” des monastères de l’époque qui en était responsable.

En juillet 2010, dans la revue « Geology », un article de plusieurs géologues a montré que si… « …durant les 50 dernières années, la péninsule antarctique s’était réchauffée d’environ 2 degrés, et que cette montée des températures avait provoqué la fonte et les cassures de plusieurs “ice-shelf”* [* glace flottante, tabulaire, de relativement faible épaisseur, faisant suite à un glacier arrivant à la mer. NdlR] provoquant une accélération de la course des glaciers vers la mer… Le problème est de savoir si cette fonte et ces accélérations des glaces vers l’Océan, sont un phénomène unique durant l’Holocène * » [* L’holocène est la période relativement chaude qui depuis la dernière glaciation il y a 12 000 ans a permis le développement de toutes les grandes civilisations grâce à l’agriculture devenue possible. NdlR].

Essayant de répondre à cette question, les trois auteurs de l’article de la revue « Geology » ont examiné les sédiments riches en matières organiques qui sont apparus depuis le retrait de certains de ces glaciers antarctiques. (Hall, B.L., Koffman, T. and Denton) http://www.nipccreport.org/articles/2010/oct/13oct2010a1.html


Ile Anvers – Antarctique

Leurs lieux d’investigation furent principalement le « Marr Ice Piedmont » sur l’île Anvers à proximité de « Norsel Point ».


Glacier à Norsel Point.

Cela fait environ six ans que la “terre” où ils ont fait des prélèvements a été libérée de la glace. Les conclusions tirées de la nature et de l’âge des limons examinés, leur font dire « que ces lieux de recherche, étaient décongelés entre 700 et 970 de notre temps. » C’est-à-dire au cours du Haut Moyen-Age, alors que les Vikings naviguaient en Islande et colonisaient la “Terre verte”, le Groenland.

Ils concluent en affirmant que « l’état présent de l’Ouest de la Péninsule antarctique n’est pas sans précédent. Conclusion qui, nous le savons, sera perçue comme en contradiction avec les affirmations du GIEC pour lequel la période que nous vivons est la plus chaude depuis deux mille ans ».

On voit donc que les “scientifiques” ne sont pas d’accord. Qui a raison ?… Probablement les persécutés, les condamnés par l’Académie des Sciences (Claude Allègre, mis au rancart par les “scientifiques” de l’Académie… cela fait penser à Galilée !…), les “sans crédits”, “sans subventions”.

Car… aucune découverte scientifique ne s’est jamais faite dans le consensus, dans l’acceptation générale.

Or, les gouvernements, les groupes de pression, les lobbies, ainsi que quelques multinationales concernées, qui financent ou pas certains partis politiques “verts”, seront trop heureuses d’avoir du monde, consensuel, dans une béate “acceptation générale”, à Cancun, pour la Seizième Conférence sur le Climat.

Rodolphe Clauteaux

PS : À Copenhague, “ils” ont raté leur coup. Et peut-être que ces “industriels qui graissent des pattes pour imposer l’achat, la vente et le commerce de “crédits carbone” (Al Gore en fut l’un des gros bénéficiaires), vont encore rater leur affaire à Cancun.
Le bon sens prévaudrait-il ?!

Répondre à cet article