L’ÉCHEC DES GOUVERNANTS

Mercredi 2 septembre 2015 // L’Europe

Le feuilleton grecque risque de s’achever en drame et chacun sait qu’une tragédie grecque est d’allure cosmique et de sens universel. Encore faut-il en comprendre la portée !

L’affaire grecque est le caillou dans la chaussure de l’Europe. Il lui blesse le pied depuis des années. C’était un petit caillou, croyait-on, de peu d’importance, ajoutait-on. La blessure ulcérée est devenue énorme et, maintenant, le caillou sorti ou pas sorti sortira évidemment et il faudra même qu’il sorte -, la plaie envenimée risque de gangrener toutes les parties basses et faibles de l’organisme européen. L’affaire est très mal partie parce que, dès le début, elle était très mal engagée. Les conséquences sont imprévisibles dans leur totalité. C’était, pourtant, cette possibilité de détérioration et cette imprévisibilité même des suites qu’il fallait précisément prévoir.

Les dirigeants français comme les dirigeants européens n’ont rien su voir ni prévoir. Les discours tenus, il n’y a pas encore un mois, étaient d’une affligeante nullité. Personne ne reviendra dessus, ce qui serait pourtant le plus sûr, le plus juste et le plus terrible des jugements. Ni Sapin, ni Moscovici, ni Hollande, ni Juncker ne supporterait un tel examen critique. Tout ce monde-là s’est trompé et lourdement trompé. Leurs prédécesseurs pareillement.

Parce qu’ils se sont toujours sortis des échéances précédentes, mais en aggravant à chaque fois les échéances suivantes, ils s’imaginaient et s’imaginent encore - même aujourd’hui - qu’il y aura des solutions et la crédulité publique se satisfait de cette facile persuasion.

Comme il est écrit dans ces colonnes régulièrement et depuis presque huit ans, l’astuce maléfique de part et d’autre des partenaires européens a été d’entretenir une subtile et constante confusion entre liquidité et solvabilité. Chacun y avait avantage. Il était si facile de dire et de se dire qu’il suffisait d’approvisionner en liquidités pour que les problèmes soient résolus, ce qui permettait, en outre et en compensation, aux bailleurs de liquidités d’exiger des réformes structurelles de toutes sortes dans le cadre d’un technocratisme libéral qui est le fin mot de la doctrine bruxelloise et, de plus, surtout dans les débuts, d’obtenir des retours fort avantageux sur investissements ou sur prêts, en tout cas pour les malins.

Un tel système ne pouvait fonctionner qu’un temps. C’est que la réalité grecque se ramenait, en fait, à une question de solvabilité et, comme toujours en pareil cas, l’insolvabilité, quand elle est niée, ne cesse de s’accroître et, même en supprimant une partie considérable des dettes, l’échéance fatale survient inéluctablement et brusquement avec des chiffres démesurément grossis. Qu’on veuille bien se souvenir des chiffres d’il y a seulement quatre ans ! La machinerie européenne, à en croire les financiers de l’époque, n’aurait dû en faire qu’une bouchée !

CONSÉQUENCES INCALCULABLES

Aujourd’hui les créances sur la dette grecque sont tout simplement irrécouvrables. Les Grecs le savent et ils veulent se donner les moyens de l’annuler - ou équivalemment de la reporter indéfiniment -, politiquement par un référendum, économiquement par un chantage sur l’économie européenne, financièrement par une pression sur la zone euro qui pourrait aller jusqu’à l’explosion. Les mois qui suivent seront décisifs, que la Grèce sorte de la zone euro ou même qu’elle prétende y rester d’une manière ou d’une autre. Dans le premier cas elle provoque un choc sur le système des dettes dont nul ne peut appréhender les séismes consécutifs, dans le second cas, elle continue de plomber le même système et sans fin. Tout cela est évidemment absurde. Et signale amplement l’échec d’une politique insensée et de toute une doctrine qui sert de justification à l’élite dirigeante européiste depuis trente ans. La catastrophe sera à l’échelle de l’illusion qui a été savamment entretenue.

Il ne sert à rien de stigmatiser Tsipras : ses prédécesseurs, socialistes ou conservateurs, ont créé avec la complicité des eurocrates, la situation qu’il tente éperdument de dénouer comme un politicien qu’il est. Dire que la Grèce remontait la pente au prétexte que les circuits financiers avaient été allégés, relève de la supercherie. Car les chiffres sont implacables. L’euro n’était tout simplement pas une monnaie faite pour la Grèce. Et, d’ailleurs, la situation sera identique bientôt dans le reste de l’Europe, malgré les efforts demandés aux peuples.

Se gargariser avec des déficits primaires dont on dit qu’ils sont réduits ou supprimés, ne transforme pas le poids réel de la dette, ni n’évite l’écrasement des économies. Les comptables de Bruxelles en sont au trafic de bilans. Ou, comme nos politiques et nos financiers, aux assurances verbales. C’est toujours du genre bien connu : « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ». Ni l’Italie ni la France ne sont en état de supporter un choc sur leur dette souveraine. Surtout si la spéculation s’y met. La vérité est que leur dette, comme celle de la Grèce, n’a plus de prise sur la réalité. Les astuces de Mario Draghi ne changent pas les données fondamentales les liquidités déversées par milliards ne servent pas concrètement à l’économie, malgré tout ce qui se dit, et n’améliorent pas la solvabilité d’un pays quand il est devenu en fait totalement insolvable. La dette française, comme celle de beaucoup d’autres pays, mais elle plus que les autres, est insoutenable : c’est du simple bon sens. Elle ne se réduit pas, elle se prolonge, s’installe dans la durée, s’alourdit et se refinance... jusqu’à quand.

PÉRILS POUR LA FRANCE

Il n’y a que François Hollande et son creux de Sapin pour croire et faire croire que l’économie française redémarre et, en plus, dit-il ingénument, grâce à lui ! Les chiffres d’activité passagère ne signifient rien. Ce qui est certain, c’est l’effondrement de pans entiers de l’économie nationale et la disparition incessante de postes d’emplois dans la vie des entreprises. Les gens avertis savent, en outre, que les sanctions stupidement prises par l’Europe contre la Russie pour complaire aux Américains, vont coûter plus cher aux Européens qu’aux Russes. Les exportations en sont frappées. Malgré le mépris évident des États- Unis pour l’Europe - l’affaire des écoutes n’en est qu’un détail mais qui l’illustre parfaitement -, le traité transatlantique, qui les avantage de toutes les façons, sera accepté comme tous les précédents par nos dirigeants sans culture et sans honneur.

Alors que le malaise français se ressent à tous les niveaux, dans les villes, chez les commerçants et les artisans, dans le fond des campagnes, dans toutes les entreprises petites, moyennes et grandes dont quelques-unes sont littéralement bradées, alors que les familles sont atteintes jusque dans leurs enfants livrés aux diktats imbéciles d’un gouvernement sans âme, ni foi, ni loi et que l’Académie française se voit dans l’obligation - rarissime - de rappeler à l’ordre, alors surtout que les risques intérieurs se conjuguent aux risques extérieurs que plus personne ne peut raisonnablement évaluer et que, pendant ce temps, pourtant, l’intérêt du chef de l’État comme de toute la classe politique se porte essentiellement sur les futures élections dont, évidemment, la présidentielle, la guerre civile commence chez nous. La première décapitation a eu lieu, sous les yeux effarés des Français. L’islamisme profite de la dislocation sociale de notre pays. Qui en est responsable ? Quelle politique intérieure, quelle politique extérieure ont abouti à ce résultat ? Le pape François a raison de souligner la responsabilité écrasante des dirigeants occidentaux qui, ne travaillant jamais que pour leurs intérêts et leurs ambitions, ont tout simplement oublié le bien commun. A quand de vrais chefs ?

Répondre à cet article