France 2 : Mais qui sont ces roycos ?

Mercredi 21 mars 2012, par Jacques BLANGY // La France

Drapeau de FranceL’équipe du 13-15 de France 2 avait eu l’année dernière une chouette idée : présenter à son public chéri les royalistes tels qu’ils sont. Mais pourquoi donc vit-on des roycos tels qu’ils devraient être ?

Cest une histoire vraie celle d’une équipe de télévision, du Service public s’il vous plaît, qui fut mandée par ses rédacteurs en chef pour informer les citoyens sur les royalistes. L’équipe fit scrupuleusement son travail, alla voir divers groupes et, bien entendu, prit contact en mai 2011 avec la Nouvelle Action royaliste où on lui fit bon accueil. Bertrand Renouvin exposa pendant une heure l’histoire, les engagements présents et les objectifs de notre mouvement. Divers documents furent remis à l’équipe qui demanda à venir un mercredi soir.

Le 30 novembre 2011, Bertrand Renouvin fut longuement filmé et se déclara fort heureux des questions pertinentes qui lui étaient posées. Notre invité le professeur André Grimaldi resta longtemps sous l’oeil baladeur de la caméra qui s’intéressa au public et à tous ceux qui partagèrent le traditionnel repas. L’équipe de France 2 était manifestement contente et les conditions générales du tournage parurent satisfaisantes aux animateurs des Mercredis. On se quitta donc dans la bonne humeur et les dirigeants de la NAR, point nés de la dernière pluie, avertirent leurs camarades que ces heures de tournages seraient réduites à deux ou trois minutes dans l’émission.

Tel ne fut pas le cas. Lors de la diffusion de Chacun cherche son roi le samedi 4 février, chacun chercha la NAR et ne la trouva pas. Les aficionados déçus du 13-15 apprirent plus tard par voie de communiqué que l’omission était volontaire. Par message téléphonique, Bertrand Renouvin avait été informé par une journaliste des salades de la cuisine télévisée : l’émission avait été raccourcie faute d’accès à certaines personnalités (sic) et il avait fallu par conséquent ( ?) faire le deuil de certaines séquences. Comme nous faisions un peu figure d’OVNI dans ce tournage consacré à un sujet coloré mais pas caricatural, la séquence NAR avait été supprimée parce qu’elle était beaucoup plus poussée et qu’elle ne rentrait pas dans le cadre.

Ne criez pas à la censure : ce fut un travail de deuil ! Les rédacteurs en chef ont tout simplement décidé qu’il fallait donner au public le cliché sur les roycos qu’on suppose imprimé dans toutes les cervelles. Il y eut donc des nobles, quelques soutanes, un prince espagnol et banquier, une poignée d’extrémistes de droite... C’est ce qu’on appelle la construction du récit médiatique - une historiette contenant des bribes de réel assemblées pour divertir et présentées comme de l’information.

Notre éviction de l’écran de France 2 ne nous empêchera pas de vivre. C’est la télévision qui meurt de mélanger ainsi l’information et le divertissement.

Répondre à cet article