Elegancia accélère son développement avec la vente du Seven.

Vendredi 12 juillet 2013 // Divers

Philippe a réussi grâce à son courage et à ses compétences ; il a prouvé qu’un « bougnat » est capable de se hisser à des sommets avec discrétion et humilité.

L’hôtel, icône des boutiques-hôtels à Paris, ouvert en 2010, vient d’être vendu pour 12,8 M€ par BVS Holding, dépositaire de la marque, au groupe Maranatha qui en assurera la gestion.


De gauche à droite : Philippe Vaurs et Christophe Sauvage, les deux associés de BVS Holding.

Lorsqu’il ouvre en 2010, après le Five et le One by Five, le Seven fait courir le tout-paris qui vient de découvrir un hôtel atypique dont la singularité est de n’être semblable à aucun autre. L’hôtel de 35 chambres, classé 4 étoiles devient alors la référence des boutiques-hôtels design de la capitale. Il est autant apprécié de la clientèle internationale que de la clientèle française et est actuellement 2e hôtel préféré des internautes sur Facebook avec plus de 50 000 fans. "Nous avons inventé un nouvel état d’esprit dans l’hôtellerie", déclare Philippe Vaurs, l’un des deux associés de BVS Holding, qui, avec Christophe Sauvage est majoritaire à 51 % de la holding présente à des niveaux divers dans 80 % du réseau Elegancia. Celui-ci est composé d’une dizaine d’hôtels design.

"Notre recette miracle est de nous focaliser sur l’univers chambre à l’opposé de l’univers restauration", déclare Philippe Vaurs. Un style tellement bien identifié que les associés sont aussi sollicités par d’autres comme conseil. "Le réseau Elegancia, poursuit Christophe Sauvage, est perçu comme une signature ou si l’on veut comme une griffe. Et comme dans la haute couture, chaque projet griffé Elegancia est unique, qu’il soit ou non accompagné d’une autre marque, comme le futur hôtel rock Marshall [clin d’oeil aux instruments de musique Marshall]."

"Un souffle d’avance"

Dénicheurs de tendances plutôt que suiveurs, les deux associés créent des concepts qui reposent sur une analyse très fine des besoins du client, tout en intégrant les derniers éléments des équipements et des services : "Nous anticipons la demande, déclare Philippe Vaurs, car nous voulons avoir un souffle d’avance." Qu’il s’agisse du verre opacifiant de Saint-Gobain au Seven ou de l’expérience domotique à l’Armoni, tout est regardé à la loupe et testé au millimètre."Au Seven, nous avons dû recommencer plusieurs fois la coque en bois de la chambre James Bond, dit-il, parce qu’elle ne convenait pas."

Avec ce niveau d’exigence, Elegancia a assuré la pérennité de ses établissements, même dans l’extravagance. Vis-à-vis de leurs partenaires, les deux associés auront la même exigence : "Nous avons besoin de nous sentir en osmose avec notre interlocuteur", explique Christophe Sauvage, qu’il s’agisse d’un investisseur, d’un décorateur, d’un architecte ou d’un fournisseur. Nous sommes des créatifs avant d’être des financiers et nous voulons surtout conserver cette autonomie d’action", précise-t-il. Leur modèle économique suit la loi du marché et les hôtels ont beau être des oeuvres uniques, ils doivent être rentables.

"Prix moyens élevés"

"Notre réussite s’appuie sur la cohérence, déclare Philippe Vaurs, en fonction de l’analyse précise de tous les paramètres : financement, remplissage, loyer, clientèle, nous tablons toujours sur des prix moyens élevés évitant de passer par des intermédiaires comme des OTA", déclare Philippe Vaurs. Un exercice qui se vérifie à chaque fois "le Seven ayant obtenu de très bonnes performances dès la première année", déclare Philippe Vaurs. Pourtant, pour exister, Elegancia, doit s’appuyer comme les autres réseaux sur une logique de développement : "La vente du Seven nous permet de réaliser ces nouvelles opérations et de monter d’autres projets", déclare Philippe.

À ce jour, deux hôtels terminent les dernières finitions : le Félicien, 34 chambres, 4 étoiles, et le prochain ’pocket palace’ confié à Oscar Ono, déjà créateur de la Love Capsule. Quatre autres hôtels viennent d’être rachetés et sont en cours de création : un hôtel de 28 chambres 3 étoiles à Montparnasse, un hôtel de 26 chambres 3 étoiles au Forum des Halles, un hôtel de 40 chambres à l’Opéra, à transformer en 5 étoiles et un hôtel de 32 chambres 4 étoiles l’Idol, dont Elegancia n’est que conseil à maîtrise d’ouvrage et qui sera dédié aux seventies avec Julie Gauthron comme décoratrice, déjà en charge de l’hôtel Crayon. Loin d’être à court d’inspiration, Elegancia impose de plus en plus sa marque sur le marché parisien. "Nous n’avons pas d’objectifs précis en termes de développement. Nous prenons juste du plaisir à faire ce que nous faisons", conclut Philippe Vaurs. Un discours qui plaît et qui trouve écho auprès de certains entrepreneurs qui n’hésitent pas à confier aux deux associés la rénovation du décor de leur hôtel. Elegancia, la griffe des hôtels parisiens.

X. S.

Elegancia en chiffres

Nombre d’hôtels : 9 ouverts et 7 projets

  • 2013 : Hôtel Armoni : 3 étoiles 45 chambres / Hôtel Wilson Opéra : 3 étoiles - 39 chambres
  • 2012 : Hotel 0 : 3 étoiles - 29 chambres / Legend Hotel : 3 étoiles - 38 chambres dont 1 suite
  • 2011 : Hôtel Crayon : 3 étoiles - 26 chambres dont 1 suite
  • 2010 : Seven Hotel - vendu au groupe Maranatha en juillet 2013 - 4 étoiles - 35 chambres dont 7 suites
  • 2009 : Hidden Hotel : 4 étoiles - 35 chambres dont 2 suites
  • 2008 : One by the Five : 1 suite
  • 2006 : The Five Hotel : 3 étoiles - 25 chambres dont 1 suite

Nombre de chambres et suites : 268

  • Effectifs totaux : environ 100 personnes
  • Chiffre d’affaires 2012 : 12,97 M€ versus 2011 : 9,38 M€
  • Prix moyen 3 étoiles 2012 : 154 € versus prix moyen 2011 : 138 €
  • Prix moyen 4 étoiles 2012 : 220 € versus prix moyen 2011 : 224 €
  • TO 2012 3 étoiles 2012 : 86 % versus TO 2011 : 90 %
  • TO 2012 4 étoiles 2012 : 89 % versus TO 2011 : 89 %

Répondre à cet article