Edito de Monsieur Gérard Brazon.

Samedi 28 mars 2009, par Gérard BRAZON // Editorial

Tous les historiens et les amateurs d’histoires se posent cette question ! Sommes-nous encore une grande Nation ! Certes, au regard de notre passé la question mérite d’être posée. Elle n’est pas curieuse. Elle est saine bien au contraire. Nous constatons ce que l’on est aujourd’hui par rapport à hier. C’est le vertige. Au 19éme Siècle nous étions l’équivalent des Etats Unis aujourd’hui nous ne sommes plus qu’un point sur la carte ! L’américain moyen ne sait même pas ou se trouve la France sur une carte du monde alors que tous les Français savent ou se trouve les Etats-Unis. Et Dieu sait que les Français (surtout ceux d’aujourd’hui) sont nul en géographie. D’où vient cette descente aux abîmes de l’ignorance.

La langue française qui est le véhicule de la pensée régresse y compris dans les états-majors politiques, ceux des entreprises, des militaires, et même du gouvernement si je me réfère aux discours de nos ministres. Madame Bachelot faisait référence au "Testing" pour des hôpitaux ! Si la langue se perd c’est la culture que meurt ! Si la langue française n’est plus essentielle, c’est la France qui mourra ! Déjà, chez nos jeunes qui viennent désormais de tous les horizons, être français ne signifie pas grand-chose ! Pire, certains prennent un malin plaisir à souligner à ces jeunes les "responsabilités" de nos ancêtres sur les ancêtres de cette jeunesse provoquant une rancune qui n’a pas lieu d’être ! Ces jeunes qui sont nés sur notre sol pour la plupart sont français de facto ! Créer un antagonisme au nom de la repentance permet la scission de l’âme française et l’effritement de son unité.

Cela ne me dérange pas qu’un français soit noir ou arabe pour peu qu’il se revendique français et soit fier de cet état ! Sinon, c’est la mort de cette France qui m’est chère ! Or, à ce jour, être français pour de nombreux jeunes issus de l’immigration ce n’est pas une fierté mais plutôt une revanche ! Quel formidable et triste échec de l’intégration. Constat désastreux. La France n’est déjà quasiment plus. Le général de Gaulle a déjà plusieurs siècles dans le mental de notre jeunesse ! Coincé quelque part entre Vercingétorix et Napoléon en passant par Louis XIV pour les plus instruits. Certains de ses propos seraient taxés de fascisme aujourd’hui ! Lui, qui fût le grand résistant de cette France, serait mis au ban de la Nation par les "bien pensants" de cette France d’aujourd’hui. En 40 ans, grâce aux différents laxismes, de l’éducation nationale, des politiques, des partis politiques et d’une certaine intelligentsia, la France que j’ai connue est vécue par beaucoup comme une France quasi médiévale.

La France n’est plus une grande Nation hormis dans le pré-carré de l’Europe. Mais l’Europe n’est pas une force politique dans le monde ! Cela se serait ! Que reste t’il de l’ouvrage de nos Rois, et même de nos grands Républicains ? Probablement rien dans 20 ans ! Qui se souvient de la grandeur Perse, de Babylone et dans une certaine mesure de Rome ! C’est sans doute le destin d’une grande Nation et des Empires ! Celui de mourir ! Il restera des structures comme Versailles, des grands auteurs revisités pour rendre la lecture plus digeste pour tous ces nouveaux français et le souvenir de la Révolution Française dont on effacera la monstruosité des boucheries sur les places publiques pour ne garder que l’idée des « Droits de l’Homme ». C’est ma vision aujourd’hui et j’ai envie de dire : Pourvu que je me trompe.

Gérard Brazon http://puteaux-libre.over-blog.com

Répondre à cet article