Donnez-nous notre humour quotidien.

Vendredi 20 juillet 2012 // La France

www.innovation-democratique.org

Drapeau de FranceSuivant le précepte que nous devons rire chaque jour pour décrasser nos muscles, grands et petits,zygomatiques, nos bons maîtres laissent discourir des hommes ou femmes patentés.

Suivant l’antienne qu’on ne peut pas rire de tout... et de tous.

Mais attention il faut du bon goût de la tenue à la manière de nos grands philosophes : Jean-Marie Bigard, Laurent Ruquier, Didier Porte ou plus récemment Stéphane Guillon. Bien sûr il faut de la retenue : rien ne doit être dit de contraire aux droits de l’homme et du citoyen. Car notre humour ne peut être que l’illustration de notre République libre, égale et fraternelle. Un mal entendant, mal voyant, de petite taille à mobilité réduite ne doit surtout pas se sentir ridiculisé par un malotru.

Ainsi, chaque jour que Dieu fait, nous avons donc droit à l’humour de nos procureurs... Il leur est permis de se moquer et de ridiculiser : les hommes et femmes politiques, le pape, les prêtres forcément pédophiles, etc.. Mais essayez-vous à faire de l’humour sur les protestants ou les moniteurs de colonies de vacances laïques...

Ne parlons pas du Juif ou de l’Arabe tout en remarquant qu’il y a une belle tradition d’humour juif. De même manière il est déconseillé de tenter l’humour avec Mahomet ou le Dalaï-lama sans se voir excommunié de la communauté citoyenne. Oui vous avez droit à votre humour quotidien ou plutôt à votre leçon de morale quotidienne. Car ils ne sont, dans leur majorité, que les nouveaux grands prêtres de la bienpensance.

D’ailleurs, les journalistes sont des hommes libres, eux connaissent ce qu’ils ne peuvent dire. Il leur faut donc des éditorialistes humoristiques qui eux sont sensés pouvoir tout dire. Et quel bonheur ! Preuve d’une réussite exceptionnelle, lorsque l’un d’entre eux est congédié par le pouvoir. Il devient alors le héros résistant à la dictature. Actuellement chaque émission de radio ou de télévision possède son éditorialiste hu-mou-ristique... ce n’est pas forcément de l’humour, mais les rires gras enregistrés ou imposés (dans toutes les émissions avec public il y a des panneaux lumineux : applaudissez, riez, dansez, chantez...) viennent nous signaler que c’est de l’humour.

Évidemment quelques-uns sortent de cette mélasse. Je pense à l’incroyable François Morel qui renoue avec le bel humour des humoristes, mais il semble que cette tradition, celui des hommes cultivés, des hommes de savoir n’est pas du bel aujourd’hui.

François L’Yvonnet, vient de faire paraître une saillie sur l’intégrisme de la rigolade. Avec verve et savoir, il nous conte notre bien-pensance humoristique quotidienne. Pardon, pas notre, mais celle que nous subissons et que nous applaudissons pour détendre nos zygomatiques. Pour le plaisir de se moquer des moqueurs, de les remettre à leur place, serfs de nos bons maîtres. Il est plaisant et nécessaire de lire ce petit libelle fort bien envoyé et n’oublions pas qu’à la fin il touche !

Répondre à cet article