Des valeurs comparées.

Jeudi 15 mars 2012 // La France

Drapeau de FranceRécemment, un parlementaire de « haut de gamme » a déclaré : « Si on n’a ici que des gens qui se contentent de 5.000 euros par mois, on n’aura que... des minables ! ». Or, cet arrogant personnage sait qu’avec 5.000 € par mois il fait partie des 5% de salariés les mieux payés de France alors que 75% perçoivent moins de 2.900 €/mois (avec moins de 2.900 €, beaucoup parmi nous se considèreraient comme des « minables aisés » !). Ce Monsieur qui pourrait porter le gibus de la seigneurie, encaisse, en plus, 6.300 € pour frais de mandat. Les élus du peuple coûtent cher (et ils sont très, très nombreux !). Exercent-ils un métier particulièrement difficile avec de longues journées harassantes dans un hémicycle à fauteuils moelleux ou dans un avion confortable ? Vous avez des doutes, n’est-ce pas ?

Voici plus d’un an, ce Monsieur de la « haute » présentait un amendement à la loi qui punissait de 30.000 € d’amende et de deux ans de prison les députés qui fraudaient sur la valeur de leur patrimoine. Il est vrai que la sanction initiale paraissait exagérée surtout quand on sait qu’un élu du peuple ça ne triche pas ! Si l’amende a été maintenue, la peine de prison a été rayée. En cas de fraude fiscale un simple citoyen aurait-il bénéficié d’une telle mansuétude ?

Un autre élu avait proposé l’interdiction de cumuler les fonctions de député et d’avocat-conseil (ces avocats qui peuvent, par mégarde, confondre intérêts publics et privés). Bien sûr, le projet a été -vite enterré dans les oubliettes du Parlement ! Figurez-vous que le parlementaire de « haut de gamme » déjà cité, percevrait quelque 200.000 € en plus par an. Surprenant, non ?

Ces parlementaires-avocats donnent des conseils à des « gens pas minables » comme les responsables des banques dont la rémunération moyenne a augmenté de 45% en 2010 soit environ 860.000 €/an. En ces temps de crise, les responsables banquiers n’hésiteraient pas à s’attribuer la valeur de plus de 50 salaires d’un employé ordinaire ! Le temps passé à grossir les coffres-forts mériterait-il plus de 50 salaires d’un simple employé ? Serions-nous revenus au Moyen Age avec ces Seigneurs qui, du haut de leur tour, se gaussaient en regardant la plèbe travailler en guenille ? Les sociétés du monde occidental auraient-elle atteint le summum de l’inégalité en trouvant normal qu’un nanti vaille 50 à 100 salariés ordinaires ? L’un travaille-t-il 10, 20,100 fois plus que l’autre ? Le travail de l’un est-il plus utile à la société que le travail de l’autre ? L’un n’a-t-il pas besoin de l’autre pour assurer un bon service ?...

De nos jours, la notion de « valeur » est scandaleusement déformée jusqu’à se confondre, avec deux « non-valeurs » méprisables que sont le paraître et la finance.

Notre pays aurait-il oublié les trois principes affichés aux frontons des mairies : « Liberté-Egalité-Fraternité ». Peut-on imaginer que 1789 disparaisse de l’histoire et des mémoires alors que ces vraies valeurs restent gravées dans la plupart des consciences républicaines ? La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen serait-elle rangée dans les obscures archives d’une République qui s’égare et s’étiole ?

Répondre à cet article