Démission d’un Conseiller National de Debout La République.

Mardi 30 octobre 2012 // La France

www.innovation-democratique.org

Conseiller National de Debout La République , Ancien Délégué National aux Fédérations,  Militant en Saône-et-Loire, je viens de démissionner de ce parti suite à un désaccord profond sur la nouvelle ligne politique de Nicolas Dupont-Aignan qui tourne le dos au gaullisme social pour tendre la main au FN.

En janvier 2007, lorsque Dupont-Aignan, président de DLR, a quitté l’UMP, il se plaisait à dire alors dans les médias, « moi je suis gaulliste et on ne m’achète pas ». Il se voulait au-dessus des partis et proche du peuple, ce qui paraissait de bon augure à un moment où les citoyens doutaient des politiques. DLR était composé en majorité d’anciens de l’UMP déçus du Sarkozisme, de la droite républicaine, mais aussi de la gauche républicaine tels que les Chevènementistes. Sa détermination a été de courte durée ; le seul représentant du gaullisme sur le plan national s’est transformé insidieusement en porte-parole d’une droite dure.

 En effet, depuis plusieurs mois, il ne cesse d’envoyer à travers les médias des messages de sympathie à MLP « Si j’étais président je nommerais MLP comme 1er ministre », puis « il faudra bien dialoguer avec le FN » ou bien « le FN n’arrivera pas au pouvoir seul » (sous-entendu, il faut l’aider)… Toutes ces déclarations se sont faites sans l’avis du Conseil National de DLR pourtant seul responsable de la ligne politique du parti. En clair, nos concitoyens qui avaient rejoint en toute confiance Dupont-Aignan sur « une certaine idée de la France », sur des valeurs républicaines, laïques, démocratiques, ont été trahis. Ils n’ont sûrement pas adhéré à DLR pour se retrouver malgré eux satellisés autour du FN et du clan Le Pen. Evidemment, MLP ne s’attendait peut être pas à trouver l’appui d’un gaulliste, ennemi historique du FN, pour dé-diaboliser son parti. Devant la levée de boucliers des cadres et militants, Nicolas Dupont-Aignan a convoqué le Conseil National le 6 Octobre dernier.

 S’il a modéré ses propos pour ne pas effrayer les adhérents, promis de ne plus évoquer le FN pour l’instant, il reste campé sur sa stratégie de dialogue avec le FN contrairement à ce qu’il a déclaré à l’AFP. D’ailleurs, Laurent Pinsolle, porte-parole de DLR a démissionné de son poste. Par conséquent, afin de rester fidèles à leurs valeurs gaullistes et à leurs convictions, beaucoup d’adhérents et militants, cadres et Secrétaires Départementaux, ont quitté le parti DLR. Moi-même, membre fondateur du club de réflexion de DLR en avril 1999 à Lyon, gaulliste et démocrate, ancien délégué national aux fédérations, je refuse de suivre Nicolas Dupont-Aignan sur sa stratégie suicidaire frontiste. Je démissionne de mon mandat de conseiller national et quitte le parti DLR terni à tout jamais.

Le déplacement programmé à Colombey-les-Deux-Eglises par Dupont-Aignan pour redorer son blason de gaulliste ne lavera pas l’infamie. N’est pas gaulliste qui veut ! Il va être très difficile dès lors pour celles et ceux qui restent et cautionnent la nouvelle ligne politique de Dupont-Aignan de se réclamer du gaullisme.

Répondre à cet article