Un aller sans retour.

Ce mariage homosexuel est le produit de la mauvaise conscience.

Je souhaite que mes enfants ne voient jamais cela.

Vendredi 30 novembre 2012 // Controverses

Comment expliquer autrement que le président de la République, qui en a fait l’un de ses engagements quand lui-même n’a jamais pu ou voulu se résoudre à se marier, se serve d’un mot qui n’est qu’un masque : « le mariage pour tous » ? Pourquoi se cache-t-il derrière cette formule alors que le mariage pour tous ne peut pas exister ? Le grand rabbin Gilles Bernheim le rappelle dans son texte lumineux (« Ce que l’on oublie souvent de dire ») : un homme ne peut pas se marier avec une femme déjà mariée ; une femme ne peut pas se marier avec deux hommes (et inversement) ; un père ne peut pas se marier avec sa fille, même si leur amour est uniquement paternel et filial.

Le "mariage pour tous" se réduit au mariage homosexuel. Si les promoteurs du projet ne le désignent pas par son nom, c’est bien par gêne, par embarras : le mariage et la famille sont si liés, si enracinés dans la société des hommes, que la France hésite à infliger une blessure morale à toute une partie de la communauté nationale. Au nom de quelle légitimité vient-elle violer ce que la Bible appelle le « tabernacle » de l’intimité de chacun et saccager la confiance encore inscrite dans ses institutions ?

Il aura fallu des années de lobbying et de propagande pour en arriver là. Les associations de promotion du projet avaient déjà obtenu de la gauche en 1999 le vote d’une loi instituant le pacs (pacte civil de solidarité) au prétexte de l’égalité des droits. En 2000, première année d’application de cette loi, il y eut 305 000 mariages et 22 000 pacs, dont 5 000 entre homosexuels. Dix ans plus tard, on a compté 50 000 mariages de moins et 180 000 pacs de plus, cependant que la proportion de contrats homosexuels restait la même depuis cinq ans : 5 %. Cela montre bien que chacun a pu faire en toute liberté son choix de vie : le mariage pour les uns, le pacte pour les autres, sans remettre en question la spécificité de chacun, ni l’existence d’un père et d’une mère propre au seul mariage.

Pourquoi vouloir mettre de la confusion dans le mariage si les droits réclamés par les associations n’étaient que ceux d’une niche fiscale supplémentaire ? On pouvait aménager le pacs qui l’a d’ailleurs déjà été. Mais non, il fallait le mariage.

Alors on a placé les enfants en tête des cortèges. On nous a fait croire que 300 000 enfants étaient concernés par l’homoparentalité, qu’ils n’attendaient que leur prise en charge par un couple homosexuel. Trois cent mille quand il y a 827 000 naissances en France un sur trois ! L’Institut national des études démographiques a remis les choses à leur place ; avec ses instruments de mesure, il en a dénombré dix fois moins. Cela ne signifie pas que la question ne se pose pas ; faut-il pour autant ériger l’exception en règle générale ? Tous ces enfants ont le même besoin de grandir, de mûrir, de se socialiser, dans l’amour, la confiance et la stabilité. « L’enfant ne se construit qu’en se différenciant, ce qui suppose qu’il sache à qui il ressemble, écrit aussi Gilles Bernheim : le père et la mère indiquent à l’enfant sa généalogie. » Ses origines, son père, sa mère, et ainsi de suite pour se projeter dans l’avenir : sa propre famille, son bonheur. Et la République qui établit son état civil à sa naissance voudrait lui attribuer un "parent 1 et un parent 2" à la place d’une mère et d’un père ! Triste République.

On comprend qu’elle ait mauvaise conscience. On sait bien que, comme en 1999, les promoteurs de cette loi n’entendent pas en rester là non seulement ils revendiquent l’adoption et la procréation médicale assistée, mais ils veulent, vieille utopie révolutionnaire, transformer la nature, faire qu’il n’y ait plus ni fille ni garçon, ni femme ni homme, mais des êtres humains indifférenciés. Ainsi serait dynamité le projet familial dont les ancres plongent dans cette différence entre sexes ; ainsi seraient déracinés les hommes et les femmes livrés aux vents des idées dominantes.

Quelques milliers de militants auraient dès lors communiqué le renoncement et la fatigue de soi à tout un peuple à travers ses élites et ses élus dans un aller sans retour.

Ce normalien philosophe, chroniqueur lucide des atrocités du XXème siècle qu’il avait traversé, Thierry Maulnier écrivait il y a a quarante ans déjà, au lendemain de Mai 68 : « Malheur à celui qui approuve ce qui le condamne, dit quelque part la Bible. Malheur à la société qui affirme ce qui la nie. Malheur à ceux qui choisissent et chérissent, entre toutes les valeurs possibles, celles qui expliquent leur propre destruction... » La mauvaise conscience est une longue et douloureuse maladie qui ne ronge que l’Occident c’est-à-dire un sixième de la population de la planète.

Répondre à cet article