Le Monde

Dernier ajout : 24 septembre 2015.

Derniers articles

Les horreurs du Terrorisme.

Mercredi 10 mai 2006, par Paul Vaurs // Le Monde

Bien des nuances séparent, il est vrai, les populistes, dressés contre l’oppression dans une perspective démocratique, les anarchistes, oscillant entre la rigueur implacable d’un Netchaïev et la phraséologie suspecte des Ravachol et autres « Bandits tragiques ». Enfin les justiciers et les blanquistes, les premiers considérant la mise à mort d’un souverain comme une fin en soi tandis que les seconds n’y voient qu’une étincelle destinée à embraser la société. Il est, à cet égard, des foyers privilégiés : l’étincelle devient feu d’artifice lorsqu’à Sarajevo la Main noire serbe tue l’archiduc d’Autriche ; entre les deux guerres, les Oustachi croates assassinent Alexandre de Yougoslavie, puis, sous Hitler, massacrent en masse leurs rivaux serbes. Lire la suite »

La Mafia ...

Cette pieuvre criminelle qui possède plus de 500 Milliards d’Euros.

Lundi 24 avril 2006, par Paul Vaurs // Le Monde

Comme elle a de la mafia ! Qu’elle est donc mafiusedda », s’écriait souvent le Palermais croisant une jolie fille. Car, en sicilien populaire, ce mot évoquait la grâce, le chic, l’aisance, l’allure. Mais de nos jours le mot « mafia » n’a plus guère qu’un sens péjoratif. Il sert à désigner une manière de s’associer entre criminels, voire à affirmer l’existence d’une société criminelle unique, se déployant à travers le monde. Toutefois, ce n’est qu’au cours du XIXe siècle que ce sens a prévalu. Lire la suite »

L’action humanitaire dans les Pays pauvres et la mondialisation de l’économie.

Lundi 27 mars 2006, par Paul Vaurs // Le Monde

Le paradoxe de l’action humanitaire internationale tient en deux images : Elle exerce suffisamment de séduction sur les esprits pour réconcilier, en 1979, autour d’ »un bateau pour le Vietnam », Raymond Aron et Jean-Paul Sartre, que toutes les grandes causes de ce siècle avaient jusque-là séparés ; elle suscite assez d’ambiguïtés pour proposer, en 1993, comme héros emblématique, un général sans armes, otage et assiégé. Phénomène de société et mouvement représentatif de l’aventure intellectuelle de notre temps, l’action humanitaire est progressivement devenue un facteur dominant de la politique étrangère des nations démocratiques. Faut-il s’étonner si elle appelle aujourd’hui autant d’interrogations qu’elle soulève de passions et d’adhésions ? Lire la suite »

Le terrorisme, ne date pas d’aujourd’hui.

Jeudi 23 février 2006, par Paul Vaurs // Le Monde

La terreur est un état, une peur exacerbée, mais, depuis la Révolution française, c’est aussi un régime politique, voire un procédé de gouvernement, permettant au pouvoir en place de briser, à force de mesures extrêmes et d’effroi collectif, ceux qui lui résistent. Le terrorisme, quant à lui, s’il est d’abord action, n’en recouvre pas moins une notion voisine puisque, dépassant souvent le stade de l’initiative ponctuelle pour devenir une véritable stratégie, il postule l’emploi systématique de la violence, pour impressionner soit des individus afin d’en tirer profit, soit, plus généralement, des populations, soumises alors, dans un but politique, à un climat d’insécurité. Dans l’un et l’autre cas, il a pour caractéristique majeure de rechercher un impact psychologique, hors de proportion, comme le souligne Raymond Aron dans Paix et guerre entre les nations, avec les effets physiques produits et les moyens utilisés. Lire la suite »

Royaume du Maroc

Mardi 31 mai 2005, par Paul Vaurs // Le Monde

Le Maroc a pour régime politique une Monarchie quasi absolu. Certes il n’est pas question pour nous Français et Européens de vouloir exporter la Démocratie dans les Pays en voie de développement. A la Conférence de la Baule, François Mitterrand a commis la faute de jouer aux redresseurs de tort en demandant aux Chefs d’Etats venus des Pays Francophones d’établir rapidement la Démocratie dans leur différents Etats. La Démocratie se mérite et la France porte une lourde responsabilité dans les massacres qui sont perpétués en Afrique. Lire la suite »

Le Roi D’Espagne

Le Royaume d’Espagne, un exemple à suivre pour la France.

Jeudi 26 mai 2005, par Paul Vaurs // Le Monde

Fils de don Juan, comte de Barcelone, et de Maria de las Mercedes de Bourbon, princesse des Deux-Siciles, petit-fils d’Alphonse XIII, Juan Carlos de Bourbon est né à Rome. En 1941, le prince et sa famille quittent l’Italie pour les environs de Lausanne où ils demeurent cinq ans. Lors de la défaite des puissances de l’Axe, don Juan, héritier légitime du trône d’Espagne, publie un manifeste dans lequel il désavoue le régime de Franco, et somme le Caudillo de renoncer au pouvoir : en vain. En 1946, Juan Carlos et les siens s’installent à Estoril près de Lisbonne. L’année suivante, Franco fait approuver par référendum une « loi de succession » qui transforme l’Espagne en royaume, mais il se réserve le droit de désigner ou de révoquer son successeur. Lire la suite »

Algérie

Jeudi 26 mai 2005, par Paul Vaurs // Le Monde

Après tout, la meilleure façon de parler de ce qu’on aime est d’en parler légèrement. En ce qui concerne l’Algérie nous avons peur d’appuyer sur cette corde intérieure qui lui correspond et dont nous connaissons le chant aveugle et grave. Nous devons constater l’horreur qui fut réservé par son peuple qui souhaitait être intégré à la Mère Patrie. Lire la suite »

1 | ... | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67